Le débat: Mme Royal-Mr Bayrou

Inédit. A huit jours du second tour de la présidentielle, Ségolène Royal et François Bayrou viennent de commencer à débattre de ce qui les rapproche ou les sépare dans une émission retransmise en direct par BFM TV et RMC.
"Il faut ouvrir les fenêtres..." la réforme institutionnelle est un premier point de convergence, proposition du pacte présidentiel de Ségolene Royal, François Bayrou approuve une réforme de l'assemblée et du sénat.
Sur la question d'un nouveau traité constitutionnel européen, Mme Royal et Mr Bayrou sont en accord pour proposer un réferendum contrairement à Mr Sarkozy.
"On a des convergences du point de vue institutionnel (mais) je suis en désaccord sur les orientations économiques défendues par Ségolène Royal et le Parti socialiste" l'exemple des 35h pour marquer sa différence avec la candidate est un premier point de désaccord qui permet a Mr Bayrou de garder sa libérté de ton et de justifier ses diférences avec Mme Royal.
Royal: "Ce qui est important ce n'est pas le dogme du chiffre de 35 heures mais comment on travaille, comment on se réorganise. La modernisation du pays est dans le compromis social"
Sur la carte scolaire, que Bayrou a dit ne pas vouloir réformer "contrairement" aux deux autres candidats, Royal affirme: "Si on donne le choix entre deux établissements, on verra quels sont les établissements qui sont abandonnés et on pourra vraiment les aider".
Enfin l'humour aura eu sa place dans ce dialogue qui n'est pas paru être une "rencontre arrangée" à cette question: "Est-ce que vous pourriez vivre ensemble dans un parti démocrate ?", Bayrou répond : "j'ai eu peur". Royal: "Il s'appelle François mais n'exagérons pas quand même".
Finalement ce dialogue aura bien eu lieu et cela aura permis de respecter les électeurs du premier tour.
Pour que "nous puissions ensemble dire là nous avons identifié un problème pour le pays" les sujets d' un état impartial, de la sécurité, de l'éducation et autres ont été abordés d'une façon inédite et nous montre un début de modernisation de la vie politique.

Commentaires