Droit de grève : Sarkozy inquiète les syndicats

"Si je suis élu, j'instaurerai le service minimum, la liberté syndicale et le vote à bulletin secret pour empêcher les piquets de grève", M. Sarkozy "aime les ouvriers bâillonnés", s'insurge, de son côté, Bernard Thibault. Le secrétaire général de la CGT pense que le candidat de l'UMP "veut s'inspirer de Margaret Thatcher, qui a pris, bille en tête, le droit syndical et le droit de grève, pour avoir les mains plus libres, afin de mener une politique plus libérale, celle préconisée par le Medef". Et M. Thibault de s'étonner de ce que "la première loi annoncée, pour juin 2007, s'attaque au droit de grève".
Le service minimum dans les transports et services publics est populaire .L'idée de Nicolas Sarkozy d' instituer un service minimum de 3h le matin et 3h en fin de journée pour les entreprises de la SNCF et de la RATP remet en cause le droit de grève individuel en opposant usagés et salariés de ces entreprises.
Ces déclarations du 1 mai-journée de la fête du travail interviennent après celles faites sur les conséquences de mai 68; Mr Sarkozy reste comme à son habitude dans une posture très agressive et laisse supposer être décidé à remettre en cause notre modèle social.

Commentaires