Kouchner tente de s'expliquer........en vain...

Fondateur de Médecins sans frontières (prix Nobel de la paix en 1999), puis de Médecins du monde, sa notoriété internationale a amené le French doctor à exercer des fonctions diplomatiques : entre 1999 et 2001, il est l'administrateur civil du Kosovo pour les Nations-Unies. En devenant ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner réalise son rêve.
Il y a un mois, il voyait en Nicolas Sarkozy un homme qui "n'éprouve aucune honte à pêcher dans les eaux de l'extrême-droite", il se dit alors favorable avant le premier tour de la présidentielle, à une alliance entre le PS et l'UDF.

Aujourd'hui, Mr Kouchner souhaite se justifier et nous explique que" la politique étrangère n'est ni de droite, ni de gauche".

Je n'assimile pas l'évolution personnelle d'un homme, qu'elle nous plaise ou non, à une trahison, mais dans le cas de Kouchner je ne comprend vraiment pas le grand écart opéré en seulement une semaine. Si des signes persistants d'un désaccord de fond avec certaines idées de la gauche ont été par le passé une évidence, le soutien de Kouchner à la candidate Royal a été important et relayé par les médias jusqu'à l'élection finale de Sarkozy.

Victor Hugo fût dans sa jeunesse d'ultra-droite et passa entre 1847 et 1850, du centre droit monarchique à la gauche républicaine. André Malraux du communisme au gaullisme, F Mitterand passa par l'action française, le pétainisme, le centre, le centre gauche, avant de se métamorphoser en leader de la gauche unie.
Là, c'est en une semaine que l'on change de camp et que l'on lâche ses propres amis et camarades. Aucune réelle évolution, mais le souhait de se projeter sous les feux de la rampe et passer à la télévision...

Au moment où il faut redonner le sens de l'engagement citoyen, où il faut plus de conviction et moins de jemenfoutisme, d'esprit collectif à l'individualisme du chacun pour soi, Mr Kouchner nous offre ce spectacle lamentable....

Commentaires