10000 emplois seront supprimés à l'Education nationale en 2008

Jeudi 28 Juin 2007
Il faudra qu'on m'explique quelquechose. Avant hier, le gouvernement nous annonce vouloir mettre en oeuvre des heures de soutien scolaire pour les élèves des classes de sixième et cinquième...Bien, très bien même. Et aujourd'hui, qu'est-ce qui nous tombe sur la tête comme un pavé sur la tête d'un CRS ?...Lisez la suite ...et expliquez moi comment fait on pour fournir plus de services avec moins de personnes !
10.000 EMPLOIS SUPPRIMÉS À L'EDUCATION NATIONALE EN 2008

PARIS (Reuters) - Environ 10000 postes devraient être supprimés dans l'Education nationale en 2008, indique jeudi le ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos.

"En tous les cas, nous serons dans des chiffres qui seront aux alentours de 10.000", a-t-il déclaré sur BFM-TV.

Ces suppressions font suite à l'annonce du non-remplacement de 35.000 à 40.000 fonctionnaires dans le budget 2008 faite la semaine dernière par le ministre du Budget, Eric Woerth.

Le non-remplacement d'un fonctionnaire partant à la retraite sur deux était une promesse de campagne de Sarkozy.

Le nombre exact des suppressions d'emplois à l'Education nationale est en discussion avec le ministère du Budget dans le cadre du projet de loi de finances pour 2008, précise-t-on au ministère de l'Education nationale.

Xavier Darcos, qui avait rencontré le ministre du Budget dans la matinée, a précisé que 8.000 postes devraient disparaître dans le domaine "des emplois aidés et de tout ce qui concourt à la vie scolaire dans le second degré en ne remplaçant pas un emploi temps plein sur deux."

Il a évoqué un certain nombre d'aménagements de l'offre scolaire, comme l'idée de "regrouper des options", "changer les programmes" et recourir aux heures supplémentaires pour les professeurs.

"Si nous obtenons que les professeurs (...) acceptent d'être moins nombreux, mais d'avoir un temps de travail différent, volontaire évidemment, grâce à des volants d'heures supplémentaires importants, nous pouvons trouver des ajustements", a souligné Xavier Darcos.