Accéder au contenu principal

Les socialistes ont leur cabinet fantôme..qui est déjà contesté


A peine né, le cabinet fantôme socialiste est déjà contesté. Les députés PS de la commission des Finances ont en effet refusé la désignation de Jérôme Cahuzac comme pendant du ministre des Finances, décidant à l'unanimité, lors d'une réunion, de choisir plutôt Jean-Louis Idiart.

André Vallini, ex-président de la commission Outreau, et Aurélie Filippetti, tous deux proches de Ségolène Royal, avaient été désignés mercredi porte-parole des députés socialistes.

Lesquels avaient décidé, sur proposition de leur président de groupe Jean-Marc Ayrault, de former également un «contre-gouvernement» composé des vice-présidents du groupe. Ils seront chargés de répliquer aux membres du gouvernement Fillon. L'expression «cabinet fantôme» est toutefois réfutée dans les couloirs du Palais-Bourbon par André Vallini pour qui «il s'agit de constituer une opposition constructive».

Jean-Marc Ayrault avait été nommé, lui, coordinateur sur les Affaires étrangères et européennes alors qu'Arnaud Montebourg, ancien porte-parole de Ségolène Royal, est le premier vice-président chargé de la prospective et le fabiusien Philippe Martin le 2ème vice-président chargé du développement durable et de l'agriculture.


Ont été aussi nommés vice-présidents :
Patrick Bloche (Prospective, Culture, communication)
George Pau-Langevin (immigration, co-développement)
Bernard Roman (Institutions)
Pascal Terrasse (Santé)
Gaëtan Gorce (Travail)
Manuel Valls (Lois)
Sandrine Mazetier (Education nationale)
Michèle Delaunay (grand âge)
Jean-Yves le Bouillonnec (Logement, Ville)
François Brottes (Affaires économiques)
Patricia Adam (Défense)
Victorin Lurel (Outre-mer)
Jérôme Cahuzac (Finances)
Marisol Touraine (Protection sociale)
Alain Vidalies (Entreprises)
Martine Lignières-Cassou (Transports)
Alain Clayes (Enseignement supérieur)
Jean-Yves Le Déaut (Recherche)
Geneviève Gaillard (Environnement)

20Minutes.fr, éditions du 27/06/2007 - 16h31

dernière mise à jour : 27/06/2007 - 17h17

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…