Robin des Bois, et sa TVA antisociale

Réveil matin, 6h00, je m'réveille comme une fleur...De bonne humeur... Puis j'ouvre les volets : pfff, le ciel est tout gris... Commencent les soucis... Je me sers un café, et m'installe devant la télé pour voir les actualités, et qui vois-je, de bon matin ? Fillon en train de faire l'apologie de sa "TVA sociale", que maintenant il appelle "TVA anti-délocalisation"... Mouhahaha.... Peut-être s'est il rendu compte de l'absurdité de l'expression "TVA sociale" ?
Voyons le principe de cette mesure... Premièrement, le gouvernement supprime les cotisations patronales ; pour cela, il faut deuxièmement augmenter d'au moins cinq points la TVA, soit une TVA à 25% en 2009. Troisièmement, la suppression des cotisations fait tout naturellement baisser les coûts de production. Enfin, comme les coûts de production baissent, les entreprises baissent leurs prix, et donc il n'y a pas de répercussions négatives pour le consommateur...En théorie ! Car rien n'oblige les entreprises à baisser le prix de leurs produits en contrepartie...Qui nous dit que cette mesure ne va pas être l'occasion d'augmenter les bénéfices ? Et pour l'Etat, de récolter un peu plus (afin notamment de compenser les manques à gagner engendrés par les cadeaux fiscaux) ? Car rappelons-le, la TVA est une taxe sur les consommateurs, un impôt inégalitaire car il est le même, pour celui qui gagne 1000 Euros comme pour celui qui en gagne 10 000... C'est en outre la première source de rentrée d'argent dans les caisses de l'Etat : 44% des ressources !!! Pour information, 1 point d'augmentation équivaut à 0.7% de hausse de prix, et à 6 milliards de ressources supplémentaires pour l'Etat !
Selon Fillon, cette augmentation n'est pas prévue pour financer les dépenses de l'Etat...Mais de qui se moque-t-on ?
Finalement, je ne suis plus du tout de bonne humeur !