Accéder au contenu principal

13 milliards de recettes fiscal en moins....pour rien !

«Je vois mal comment je pourrais voter ce texte»

Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, détaillant le

11/07/07 Jacques Demarthon AFP ¦ Les débats sur le "paquet fiscal", premier texte de la législature à venir devant les députés, ont débuté mardi à l'Assemblée par une ode vibrante au travail de la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, qui a galvanisé la majorité mais s'est heurtée au "scepticisme" et aux critiques de la gauche.

«Que fait l’opposition? Mais elle est là, elle travaille.» Arnaud Montebourg (PS) est arrivé d’un pas pressé au Palais Bourbon mardi, premier jour de l’examen du projet de loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat (Tepa), dit «paquet fiscal». Le député de Saône-et-Loire est arrivé après le grand oral de Christine Lagarde, mais à temps pour participer au débat qui devait suivre. «Avec le paquet fiscal, l’impôt de solidarité sur la fortune sera supprimé pour les plus riches, mais continuera à peser sur les moyens riches», lance-t-il, un brin ironique.

«Dépense extrêmement importante»

A l’intérieur de l’hémicycle, Didier Migaud (PS), président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, a épinglé une réforme loin d’être innovante. «Comme en 1993, comme en 2002, le gouvernement commence par des baisses d'impôts ciblées sur un petit nombre de contribuables» avec un «certain nombre de mesures présentées comme innovantes» alors que ce «sont en fait de vieilles recettes éculées». Et de citer le crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt immobilier supprimé en 1997 par le gouvernement d'Alain Juppé.

Côté socialistes, toujours, Claude Bartolone revient sur le coût du paquet fiscal: «Je vois mal comment, en tant que socialiste, je pourrais voter ce texte. C’est une dépense extrêmement importante, entre 15 et 20 milliards d’euros, et je ne vois pas comment cette somme va servir à relancer la croissance ou améliorer la compétitivité des entreprises.»

Moins sévères que les députés de l’opposition, les élus du Nouveau centre n’étaient pas non plus «les deux pieds dans la majorité», mardi. Même si Nicolas Perruchot, porte-parole du groupe à l’Assemblée, a estimé avant le débat sur le texte que l'incident déclenché par l’amendement de Charles de Courson sur la CSG et la CRDS (NC) était «clos», ce dernier s’est montré plus prudent dans les couloirs de l’Assemblée. «Il faut se donner un peu de temps avant (d’entamer de telles réductions d’impôt). Je viens de discuter avec des députés UMP qui m’ont dit qu’ils voteraient mon amendement. Nous avons des idées, nous contribuons au débat et c’est très bien ainsi.»

«Le doigt sur la couture du pantalon»

Même écho du côté de François Sauvadet (NC). Tout en affirmant qu’«on ne peut pas dire qu’il y a eu des bisbilles», le député a renvoyé Jean-François Copé dans les cordes. Ce dernier avait déclaré vouloir «taper du poing sur la table» pour contrer les amendements qui «dénaturent» le texte. «Certains ont une vision ancienne de la majorité, très caporaliste, le doigt sur la couture du pantalon, a confié le député de Côte d’Or. Nous avons une conception moderne de la majorité, telle que le souhaite le président de la République. J’en ai parlé ce matin avec le Premier ministre qui souhaite que nous ayons un débat. Le débat doit avoir lieu jusqu’au bout.»
Jacques Demarthon AFP ¦ Les débats sur le "paquet fiscal", premier texte de la législature à venir devant les députés, on

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…