Accéder au contenu principal

Le CSA appelé à réguler la Sarko-télé

C’est une «anomalie démocratique en Europe» à laquelle il faut «mettre un terme». Dans une lettre au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), Didier Mathus, député PS de Saône-et-loire, appelle le Président du CSA à prendre en compte «l’omniprésence médiatique et la volubilité du Président» qui rend «caduque» la règle des trois tiers, c’est-à-dire la répartition équitable des temps de parole entre l’opposition, la majorité et le gouvernement à la télévision. Une pratique «complètement bancale», explique Mathus à Libération.fr.

«Jusqu’à présent, l’expression du chef de l’Etat n’était pas prise en compte. On estimait qu’il intervenait en tant que père de la Nation, arbitre au-dessus des partis, souligne le député chargé des questions audiovisuelles au PS. Mais nous avons affaire à un président qui se revendique chef de la majorité.»

Le CSA, qui n’a pas encore répondu au courrier du député, a commencé à s’interroger sur cette règle des trois tiers il y a quelques mois. «Mais depuis l’élection du Président, le paysage médiatique est troublant, juge Mathus. On assiste à une avalanche de flagorneries sur les télés et dans la presse. Et la connivence avec Sarkozy des dirigeants de Lagardère, Dassault, Bolloré ou Bouygues est de plus en plus marqué. La neutralité du Président est donc devenue une fiction car Sarkozy occupe à lui seul la moitié des journaux télévisés.» Didier Mathus suggère donc que le temps de parole de Nicolas Sarkozy soit «pris en compte sur le temps de la majorité».

Après la session extraordinaire de l’Assemblée, qui ne permet pas aux députés de poser des questions dans l’hémicycle, le député de Saône-et-Loire envisage d’interroger le gouvernement Fillon sur cette question. Mais «jusqu’en octobre, nous sommes muets», admet-il. Et Sarkozy continue d’occuper les journaux.

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…