Accéder au contenu principal

Les inspecteurs du travail contestent les compétences d’Hortefeux

Les inspecteurs du travail ne veulent pas bosser pour Brice Hortefeux, le nouveau ministre de l’Immigration. Les inspecteurs ont déposé mercredi un recours devant le conseil d’Etat pour contester l’attribution au ministre de compétences sur le «travail illégal des étrangers». Ils craignent une remise en cause de leur indépendance.

... A venir sur 20Minutes.fr le témoignage d’un inspecteur du travail

«Ce décret crée une catégorie juridique de délit qui n’est pas prévue par la loi et qui n’existe ni dans le Code pénal, ni dans le Code du travail», ont protesté les syndicats CGT, CFDT, Snu-TEF et Sud-Travail. «Le gouvernement assimile de manière inacceptable le travail illégal (qui peut être du travail non déclaré, un cumul d’emploi, ndr) et une situation irrégulière des personnes étrangères», a dénoncé la CGT.

«Que le ministre de l’Immigration coopère avec le ministre du Travail, il n’y a pas de problème, explique Jacques Voisin, président de la CFTC, contacté par 20Minutes.fr. Mais on ne comprend pas comment le ministre de l’immigration peut s’appuyer sur les inspecteurs du travail pour faire appliquer la loi. Cela induirait une double hiérarchie.»

«Pas assez nombreux »

Une double tutelle contraire à la convention de l’Organisation internationale du travail (OIT), soulignent les syndicats. Ils ajoutent que les inspecteurs pourraient se voir «imposer des missions non prévues par la loi et incompatibles avec leur statut». Comme cibler les immigrés en situation irrégulière alors que leur mission est de contrôler les employeurs.

Xavier Bertrand a répondu jeudi dans un communiqué que la Direction générale du travail pouvait être «mise à disposition» du ministre de l'Immigration sans pour autant que cela «remette en cause l'autorité centrale de l'Inspection du travail».

«Les 420 inspecteurs du travail et les 800 contrôleurs ne sont de toutes les façons pas assez nombreux pour appliquer de nouvelles missions», rappelle jacques Voisin.


Guillaume Guichard


20Minutes.fr, éditions du 30/07/2007 - 16h07

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…