«On donne tout et on ne reçoit rien en retour»

Bernard Kouchner, Jack Lang, Jacques Attali, Dominique Strauss-Kahn: le gouvernement n’en finit plus de recruter ou de soutenir des hommes politiques socialites. Ce qui ne plaît pas à toute la droite. Et notamment, pas à Georges Tron, député UMP de l'Essonne.

«L'ouverture qui réussit, c'est un partage de projets et d'idées, pas un partage de postes», déclare ce proche de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin. Il se dit «dubitatif sur la façon dont les choses se passent» concernant la politique d’ouverture voulue par Nicolas Sarkozy.

Tout bénéfice pour la gauche?

«Pour l'heure c'est tout bénéfice pour la gauche qui refuse tout consensus», déclare-t-il dans une interview au «Journal du Dimanche». «Finalement on donne tout et on ne reçoit rien en retour, ce n'est pas conforme à la doctrine que Nicolas Sarkozy a toujours défendue», poursuit-il.

«Si l'on arrive aux municipales avec des duels majorité-opposition sur les lignes de fractures habituelles je me dis que l'ouverture n'aura pas réussi et j'ai peur que nombre de villes de plus de 30.000 habitants soient perdues pour nous», ajoute-il.