Accéder au contenu principal

Seguin s'inquiète

Le premier président de la Cour des comptes, Philippe Seguin, s'est inquiété mercredi à l'Assemblée de l'impact de la détaxation des heures supplémentaires, mesure emblématique du "paquet fiscal", qui pourrait selon lui aggraver la dette de l'Etat envers les régimes sociaux de "1 à 2 milliards d'euros en 2007".

Le "paquet fiscal" prévoit que les exonérations ou réductions de charges sociales consenties aux salariés et aux entreprises sur les heures supplémentaires seront remboursées par l'Etat aux régimes sociaux. Or, "les modalités n'ont pas à ce jour été précisées", a constaté M. Seguin lors d'une audition devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Or, "il peut en résulter un alourdissement des dettes de l'Etat de 1 à 2 milliards d'euros en 2007 selon la date d'application de la mesure (1er octobre, NDLR), ce qui pèsera sur la trésorerie des régimes" sociaux, a-t-il craint. Or, a rappelé M. Seguin, les dettes non réglées de l'Etat envers la "Sécu" se montent déjà à "près de 9 milliards d'euros".

Plus globalement, le premier président de la Cour des comptes a souligné que l'ensemble des finances publiques "semble se détériorer en 2007". Se basant sur les chiffres fournis par l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), qui a annoncé une hausse de 33,7 milliards d'euros de la dette publique au premier trimestre 2007, il a observé que le taux d'endettement de la France est passé par conséquent de 63,7 à 65% du PIB pour cette année.

La veille, devant la même commission des Finances, le ministre du Budget Eric Woerth avait annoncé que le gouvernement se donnait "pour objectif en 2008 une dette stabilisée à 63,7% du PIB".

Lundi soir, à Bruxelles, le président Nicolas Sarkozy s'est engagé à faire tout son possible pour ramener la dette sous la barre des 60% du PIB en 2010 si la croissance est au rendez-vous et, à défaut, en 2012.

www.boursorama.com, 11/07/2007


Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…