Accéder au contenu principal

Un barrage de critiques

Sarkozy ne convainc pas tout le monde

Le président français Nicolas Sarkozy et le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, qui préside l'Eurogroupe, le 9 juillet 2007 à Bruxelles

11/07/07 Le président Nicolas Sarkozy n'a pas fait l'unanimité lors de sa prestation devant les ministres des Finances des 27. Ni dans la presse internationale.

Le président français s'est retrouvé «face à un barrage de critiques», selon le britannique «Financial Times», qui raconte: «La tension a atteint son paroxysme pendant le dîner. L'Allemagne, l'Autriche, la Finlande et les Pays-Bas ont été les plus critiques envers la stratégie budgétaire de Nicolas Sarkozy; la Belgique a été la plus sympa. "C'était très chaud", décrit un diplomate présent dans la salle.»

«Dérives budgétaires françaises»

Les plaintes du président français à l'encontre de l'euro fort ont presque fait rire le ministre allemand des Finances, qui s'est moqué. «L'euro fort ne me pose pas de problème; j'aime l'euro fort», a déclaré Peer Steinbrück, rapporte le quotidien financier outre-rhin «Handelsblatt».

L’américain «Wall Street Journal» souligne que «s'ils partagent une partie des inquiétudes de Nicolas Sarkozy, beaucoup de ministres des Finances sont opposés à des interférences politiques dans la gestion de l'euro». Et le quotidien de centre-gauche britannique «Guardian» d'ajouter que ces mêmes ministres sont «inquiets à propos des dérives budgétaires» françaises.

«Crédibilité de la zone euro»

«Ils savent que si la France repousse l'échéance (à 2012 au lieu de 2010, ndr) à laquelle elle doit équilibrer ses comptes, l'Italie et d'autres Etats membres pourraient suivre cet exemple et ainsi mettre en danger la crédibilité de la zone euro», explique le «Financial Times».

Mais pour la «Libre Belgique», «les arguments français semblent avoir fait mouche». Et de citer que Jean-Claude Jüncker, le Premier ministre luxembourgeois et président de l'Eurogroup, qui dit avoir fort apprécié l'intervention présidentielle.


Guillaume Guichard


20Minutes.fr, éditions du 10/07/2007 - 14h58

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…