Chômage : l'art du camouflage

En juin, le nombre de chômeurs a baissé de 1.2% (- 24 500 personnes), ramenant le taux de chômage à 8% de la population active. Il y a donc en France 1 962 700 demandeurs d'emploi. Sauf que ces chiffres sont arrangés et trucqués...Quelques mises au point s'imposent.

Premièrement, les chiffres sont issus de la liste des personnes inscrites à l'ANPE et leur révision effectuée habituellement en mars par l'INSEE a été repoussée à l'automne en raison d'incertitudes techniques ; ces chiffres sont donc provisoires.
Ensuite, les données des DOM TOM ne sont pas prises en compte : il faut alors rajouter au minimum 144 000 personnes.

Enfin, voici la pire des arnaques statisticiennes : les seuls chômeurs comptabilisés sont ceux de la catégorie 1, qui sert de baromètre à la France depuis 12 ans. Vous l'aurez compris, il y a donc plusieurs catégories de chômeurs ; j'ai pris connaissance de ces différentes catégories et des chiffres a venir dans l'ouvrage d'une conseillère Anpe qui dénonce le système, Fabienne Brutus, "Chômage, des secrets bien gardés".

- catégorie 1 : personne sans emploi, immédiatement disponible, recherchant CDI à temps plein. (sept 2005 = 2 432 989 demandeurs en catégorie 1)
- catégorie 2 : personne sans emploi, immédiatement disponible, recherchant CDI à temps partiel. (sept 2005 = 445 574 demandeurs en catégorie 2)
- catégorie 3 = personne sans emploi, immédiatement disponible, recherchant CDD, contrat temporaire ou saisonnier. (sept 2005 = 307 388 demandeurs en catégorie 3)
- catégorie 4 : personne sans emploi, non disponible immédiatement, recherchant CDI ou CDD à temps plein ou partiel. (sept 2005 = 134 511 demandeurs en catégorie 4)
- catégorie 5 : personne pourvue d'un emploi, recherchant un autre emploi en CDI ou un CDD, à temps plein ou partiel. (sept 2005 = 107 126 demandeurs en catégorie 5)
- catégorie 6 : personne sans emploi, immédiatement disponible, recherchant CDI à temps plein et ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois. (sept 2005 = 484 999 demandeurs en catégorie 6)
- catégorie 7 : personne sans emploi, immédiatement disponible, recherchant CDI à temps partiel et ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois. (sept 2005 = 86 692 demandeurs en catégorie 7)
- catégorie 8 : personne sans emploi, immédiatement disponible, recherchant CDD, contrat temporaire ou saisonnier et ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois. (sept 2005 = 128 674 demandeurs en catégorie 8)

Toutes ces demandeurs d'emploi sont inscrits à l'Anpe mais on ne parle que de ceux de la catégorie 1 dans les statistiques...
Si on additionne toutes les catégories, on se retrouve en septembre 2005 avec 4 127 953 personnes à la recherche d'un emploi, conbtre 2 432 989 selon les chiffres publiés.
L'écart doit être encore sensiblement le même aujourd'hui... Et du coup, on peut dire que le taux de chômage annoncé (8% de la population active) est faux, surtout qu'en plus des demandeurs d'emplois cités ci-dessus, il convient encore d'ajouter :

- Les chômeurs non inscrits à l'Anpe : non indemnisés par les Assedic, beaucoup de jeunes notamment négligent l'inscription à l'Anpe, même s'ils en utilisent les services.
- Les dispensés de recherche d'emploi, c'est a dire les plus de 55 ou 57 ans et demi, "qui glissent discrètement vers une préretraite officieuse et précaire"
- les malades et autres femmes en congé maternité ou parental, considérés comme indisponibles.
- les Rmistes, rarement inscrits. En juin 2005, 1 456 567 personnes touchaient ce revenu certains étaient inscrits, d'autres non ...

Les oubliés des statistiques représentent environ 1 million de personnes, ajoutés aux 4 millions de chômeurs "officiels" : on comptabilisait en septembre 2005 à peu près 5 millions de demandeurs d'emplois !

Pire. "Le chiffre réel des personnes ne disposant pas d'un emploi stable qui leur permettrait de vivre décemment est vertigineux : en incluant le sous-emploi, les smicards qui s'échinent à faire vivre une famille avec moins de 1000 euros par mois, on arrive à 10 millions de français" !!!!

Commentaires

  1. Des chiffres qui permettent de mieux se rendre compte. Oui c'est vrai le problème du chômage en france reste quasi identique à la situation du milieu des années 90 où comme aujourd'hui on pretend que la situation de l'emploi est meilleure avec un marché du travail qui se porte bien.la réalité est différente...
    A bientôt.
    tom.

    RépondreSupprimer
  2. c'est vrai que la gaauche a eu une idee de genie avec les 35 heures qui on mis tous le monde dans la merde et la gauche n'a jamais rien cacher je votais a gauche et j'ai vote sarko et je ne le regrette pas

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !