Kouchner vs Cécilia : France-Libye: la gauche réclame des explications à Cécilia Sarkozy

J'entends déjà certaines réactions d'indignation, comment peut-on attaquer l'épouse du président? Est-ce digne?...etc..etc...
NON ce n'est pas manquer de respect à la première dame de France, le couple Sarkozy ayant voulu gérer seul le dossier des infirmières bulgares en écartant le ministre des affaires étrangères (Mr kouchner) ; de plus Nicolas Sarkozy a lui même accepté l'idée d'une commission parlementaire sur cette affaire. Enfin Cécilia Sarkozy a participé activement à la libération des infirmières sans jamais donner la moindre précision sur les tractations dont on fait l'objet ses deux visites en Lybie ce mois de juillet.

Elle ne veut pas faire la plante verte. Du coup, Cécilia Sarkozy pourrait bien se retrouver devant la future commission d'enquête parlementaire sur les conditions de la libération des infirmières bulgares. La gauche demande en effet à l'entendre.
La première dame de France s'était rendue à deux reprises en Libye en juillet pour négocier la libération des soignants bulgares prisonniers depuis huit ans et condamnés à mort. Son action avait conduit à la libération des Bulgares, qu'elle avait elle-même ramenés au pays dans un avion officiel français.

"A l'époque, la gauche, Arnaud Montebourg en tête, avait critiqué l'implication de Cécilia Sarkozy, l'accusant d'avoir tout bonnement grillé le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner. L'Europe faisait elle aussi mauvaise mine. Le président de la République avait quant à lui rendu un hommage énamouré à l'action de son épouse.

La gauche aujourd'hui reprend le sujet en réclamant que la future commission entende Cécilia sur son action en Libye. D'autant plus que les rumeurs sur la vente d'un réacteur EPR aux Libyens, démenties par Nicolas Sarkozy, vont bon train.

«A partir du moment où elle a, semble-t-il, joué un rôle important dans leur libération et participé à la négociation, nous ne sommes plus dans la sphère privée, mais dans la sphère publique. Il paraît logique qu'elle explique son rôle à la commission d'enquête», a déclaré Pierre Moscovici, député PS du Doubs, ce mardi matin dans Libération.

Jean Glavany, secrétaire national du PS, est sur la même ligne: «Le Parlement doit pouvoir écouter la femme du président de la République, puisqu'on nous dit que c'est elle qui a joué un rôle décisif dans la libération des otages bulgares».

«Il est indispensable que Mme Sarkozy vienne s'expliquer devant la Parlement» pour que le travail de la commission ait une «quelconque validité politique», a déclaré à l'AFP le député vert de Bègles Noël Mamère.

Mais Patrick Devedjian, secrétaire général délégué de l'UMP, doute que la commission ose convoquer Cécilia: «Elle est l'épouse du président de la République - aurait-il, lui, à répondre à une commission parlementaire ?", a-t-il déclaré, ajoutant: «Ce n'est pas très digne d'attaquer l'épouse du président de la République parce que les socialistes n'ont pas le courage d'attaquer le président lui-même».

La commission sera créée après la rentrée parlementaire d'octobre, elle devrait alors choisir qui elle veut entendre."

Commentaires