Accéder au contenu principal

Kouchner vs Cécilia : France-Libye: la gauche réclame des explications à Cécilia Sarkozy

J'entends déjà certaines réactions d'indignation, comment peut-on attaquer l'épouse du président? Est-ce digne?...etc..etc...
NON ce n'est pas manquer de respect à la première dame de France, le couple Sarkozy ayant voulu gérer seul le dossier des infirmières bulgares en écartant le ministre des affaires étrangères (Mr kouchner) ; de plus Nicolas Sarkozy a lui même accepté l'idée d'une commission parlementaire sur cette affaire. Enfin Cécilia Sarkozy a participé activement à la libération des infirmières sans jamais donner la moindre précision sur les tractations dont on fait l'objet ses deux visites en Lybie ce mois de juillet.

Elle ne veut pas faire la plante verte. Du coup, Cécilia Sarkozy pourrait bien se retrouver devant la future commission d'enquête parlementaire sur les conditions de la libération des infirmières bulgares. La gauche demande en effet à l'entendre.
La première dame de France s'était rendue à deux reprises en Libye en juillet pour négocier la libération des soignants bulgares prisonniers depuis huit ans et condamnés à mort. Son action avait conduit à la libération des Bulgares, qu'elle avait elle-même ramenés au pays dans un avion officiel français.

"A l'époque, la gauche, Arnaud Montebourg en tête, avait critiqué l'implication de Cécilia Sarkozy, l'accusant d'avoir tout bonnement grillé le ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner. L'Europe faisait elle aussi mauvaise mine. Le président de la République avait quant à lui rendu un hommage énamouré à l'action de son épouse.

La gauche aujourd'hui reprend le sujet en réclamant que la future commission entende Cécilia sur son action en Libye. D'autant plus que les rumeurs sur la vente d'un réacteur EPR aux Libyens, démenties par Nicolas Sarkozy, vont bon train.

«A partir du moment où elle a, semble-t-il, joué un rôle important dans leur libération et participé à la négociation, nous ne sommes plus dans la sphère privée, mais dans la sphère publique. Il paraît logique qu'elle explique son rôle à la commission d'enquête», a déclaré Pierre Moscovici, député PS du Doubs, ce mardi matin dans Libération.

Jean Glavany, secrétaire national du PS, est sur la même ligne: «Le Parlement doit pouvoir écouter la femme du président de la République, puisqu'on nous dit que c'est elle qui a joué un rôle décisif dans la libération des otages bulgares».

«Il est indispensable que Mme Sarkozy vienne s'expliquer devant la Parlement» pour que le travail de la commission ait une «quelconque validité politique», a déclaré à l'AFP le député vert de Bègles Noël Mamère.

Mais Patrick Devedjian, secrétaire général délégué de l'UMP, doute que la commission ose convoquer Cécilia: «Elle est l'épouse du président de la République - aurait-il, lui, à répondre à une commission parlementaire ?", a-t-il déclaré, ajoutant: «Ce n'est pas très digne d'attaquer l'épouse du président de la République parce que les socialistes n'ont pas le courage d'attaquer le président lui-même».

La commission sera créée après la rentrée parlementaire d'octobre, elle devrait alors choisir qui elle veut entendre."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…