Accéder au contenu principal

La jeune garde : un futur président ?

Alors que Mr Allégre se confie au journal Liberation et analyse la situation du parti socialiste en tenant résponsable F.Hollande et les éléphants de la débacle, une génération de «quadras» dont certains ne cachent pas leurs ambitions, représentent le renouveau

Quatre d'entre eux, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Gaëtan Gorce, sont assez proches de Ségolène Royal tout en revendiquant leur autonomie.

- Manuel Valls, député-maire d'Evry (Essonne), 45 ans, se vante d'avoir résisté à la politique d'ouverture de Nicolas Sarkozy qui l'avait sollicité. Il n'a pas peur de tenir des propos iconoclastes, veut «faire imploser» le PS et «changer en profondeur ses idées». Il tient un discours de fermeté sur l'immigration et la sécurité: il faut «sortir d'un discours militant et compassionnel» estime l'ex-numéro 4 du PS.

- Arnaud Montebourg, le bouillant et médiatique député de Sâone-et-Loire, 44 ans, ex-porte-parole de Ségolène Royal durant la campagne présidentielle, est le seul de la jeune garde à disposer de troupes organisées dans le cadre de son réseau «Rénover Maintenant». Avant l'université d'été de La Rochelle, le premier vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a invité d'autres quadras à la «fête de la rose» sur ses terres. Cet «ennemi intime» de François Hollande a prôné la fin des «écuries», «des slogans» et «des incantations».

- Gaëtan Gorce, 48 ans, député de la Nièvre, tape sur le même clou: «le PS a souffert des stratégies personnelles», souligne-t-il, très critique à l'égard du premier secrétaire. Il n'ira pas à La Rochelle, un rendez-vous qu'il qualifie de «sorte de concours des mondanités socialistes». Il a démissionné en juin du secrétariat national du parti, pour «ne pas contribuer à perpétuer le "système des éléphants"».

- Vincent Peillon, 47 ans, député européen et porte-parole de campagne de Ségolène Royal, voit son ascension perturbée par un échec: il a été battu aux dernières législatives. Ce professeur de philosophie qui avait fondé le courant Nouveau Parti socialiste avec Arnaud Montebourg, plaide pour un «nouveau grand parti de gauche» et préconise «des assises de la gauche et des progressistes».

- Benoît Hamon, 40 ans, est député européen et chargé de l'Europe à la direction du PS. Personnalité de la gauche du parti et proche d'Henri Emmanuelli, il a été de fait porte-parole du PS pendant la campagne des législatives. Très critique à l'égard de la campagne de Ségolène Royal et des thèmes qu'elle y a défendus, il est partisan d'«un retour aux fondamentaux» et d'une rénovation qui ne soit pas synonyme de glissement à droite.

- Delphine Batho, 34 ans, députée des Deux-Sèvres, doit son entrée au Palais-Bourbon à la décision de Ségolène Royal de renoncer à sa circonscription. Proche de Julien Dray, elle est aussi secrétaire nationale du PS à la sécurité.

- La strauss-kahnienne Sandrine Mazetier, 40 ans, militante depuis 1988, est entrée dans le club de la génération montante après avoir conquis aux dernières législatives la 8e circonscription de Paris, en battant le très médiatisé avocat UMP Arno Klarsfeld. Adjointe depuis 2001 de Bertrand Delanoë, chargée de la vie étudiante.

Commentaires

  1. Merci pour ton commentaire
    Mon blog sera de plus en plus actif.Viens y jeter un coup d'oeil

    RépondreSupprimer
  2. Je me sens personnellement plus proche de Montebourg : je partage tout à fait son opinion sur les écuries et l'incantation et je pense que la modernisation du parti passe par un affaiblissement des courants, véritables partis à l'itérieur du parti. Cependant, ses chances d'avoir d'importantes responsabilités sont amoindries parce qu'il s'est tiré une balle dans le pied en soutenant SR. Aujourd'hui, Rénover Maintenant lui fait moins confiance à cause de ce qui a été vécu comme une trahison (pas de consultation des militants) par un courant qui fait partie de l'aile gauche du parti, et qui était dans l'ensemble assez hostile à SR.
    Cela dit, je découvre des noms ces derniers temps, et Montebourg a le mérite d'exister depuis plus longtemps que les autres. A priori, je trouve Manuel Valls proche de mes idées. Mais ce ne sont pas 5 lignes qui me permettront de faire un choix, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…