Réactions

Christian Martin, le secrétaire national du PS à la fonction publique revenait à l’occasion de ce point presse sur les propositions de Nicolas Sarkozy quant à la fonction publique. “Il faut rénover la fonction publique, mais la façon dont le fait le président de la République est une grave menace.”


H. Emmanuelli dénonce les "reculs sociaux" proposés par Sarkozy
ligne
Nicolas Sarkozy "essaie de faire du neuf avec du vieux" et propose "des reculs sociaux dans tous les domaines", a estimé mardi Henri Emmanuelli, après le discours du chef de l’Etat sur sa stratégie sociale.

"A mon avis, c’est la première fois, quand même, qu’est repris par le président de la République le catalogue de revendications du MEDEF", a grincé le député socialiste des Landes sur France-Info, détaillant ces "reculs sociaux".

"Recul en matière de couverture de sécurité sociale", d’abord, où M. Sarkozy "annonce des déremboursements importants et des prises en charge moins importantes" ; "recul sur le plan du contrat de travail", ensuite, "où sous une forme nouvelle qu’il appelle ’le consentement négocié’, c’est le consentement mutuel".

"Recul" encore "sur les 35 heures, où il veut passer à la négociation entreprise par entreprise, qui est la vieille demande du MEDEF". Et enfin "recul sur les retraites : il manque de moyens et il essaie de nous expliquer qu’il va aller en avant en faisant trois pas en arrière". AP

Après le droit de grève

Fillon s’attaque maintenant aux régimes spéciaux de retraite

mercredi 19 septembre 2007 par Jean-Jacques Chavigné
La Droite et le MEDEF veulent en finir avec les régimes spéciaux de retraites. Fillon a déjà sous le coude - c’est une secret de Polichinelle - un décret alignant ces régimes (ceux des salariés de la SNCF, de la RATP, d’EDF-GDF…) sur le régime des fonctionnaires : 40 annuités de cotisation, pas de départ en retraite avant l’âge de 60 ans et une décote pour tout départ en retraite sans les 40 ans de cotisation.
Le MEDEF, la Droite et, malheureusement, le député (...)


Démantèlement de la fonction publique : ce sont les citoyens qui sont attaqués.

Démantèlement de la fonction publique : ce sont les citoyens qui sont attaqués.
Contrats de droit privé, suppression des instances paritaires et réduction des effectifs, Nicolas Sarkozy s’attaque à la fonction publique sous couvert de « modernisation ».
Toujours dans une stratégie de pure communication, il se fait le chantre de l’efficacité et de la rupture en dénonçant des politiques qui n’auraient pas donné à l’Etat les moyens d’assurer ses missions. A croire que M. Sarkozy était l’homme invisible des derniers (...) {lire la suite}


Commentaires