Les premiers signes de la déconvenue....

Après une semaine forte en annonce de réformes sociales qui finiront par toucher le quotidien de l'ensemble des Français, des premiers sondages montrent le net recul de la popularité du couple exécutif : Sarko-Fillon.

Les cotes de popularité du président français Nicolas Sarkozy et de son Premier ministre François Fillon ont enregistré en septembre un très net recul de respectivement 8% et 7% par rapport au mois précédent, selon un sondage IFOP à paraître dans le Journal du Dimanche.

Le sondage de l'IFOP a été réalisé du 13 au 21 septembre auprès d'un échantillon de 1.865 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Selon un sondage Opinion Way/Ajis, publié le 18 septembre, 47 % des Français estiment que les acteurs auxquels ils font le plus confiance pour améliorer la situation sociale en France sont les syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC).

Curieusement, le questionnaire a cru bon de distinguer syndicats « représentatifs » et « non représentatifs » (Unsa, Sud, FSU, CNT) qui ont recueilli 10 % des opinions. Pourquoi ?

Plusieurs réponses étaient possibles à ce questionnaire, il n’est donc pas possible d’additionner 47 % et 10 %. Mais si la question avait concerné les syndicats sans autres précisions, il est évident que les 50 % auraient été dépassé. Ce qui n’était pas politiquement correct puisqu’à la même question le gouvernement de François Fillon n’obtenait que 47 %.

Nul doute que fonction publique, retraites ( les syndicats poussés à l’action), reculs sociaux en tout genres ont nuit à l'image de Sarko et Fillon. A ce plan de rigueur annoncé par le président en ce début de semaine viennent s'ajouter les critiques et réactions vives à droite et à gauche, après les déclarations du Premier ministre sur l'état des finances de la France.

C’est une petite phrase qui fait grand bruit. Et risque de poursuivre son auteur, François Fillon. Vendredi en visite en Corse, le Premier ministre a déclaré : «Je suis à la tête d'un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d'un Etat qui est depuis quinze ans en déficit chronique, je suis à la tête d'un Etat qui n'a jamais voté un budget en équilibre depuis vingt-cinq ans. Ça ne peut pas durer.»
Oui Mr Fillon ça ne peut pas durer et pourtant vous venez cet été d' accorder 15 milliards d'euros par an de cadeaux fiscaux à votre électorat
«C'est d'abord la faillite de la politique de la droite depuis 2002 et de ses gouvernements successifs auxquels ont appartenu d'ailleurs Nicolas Sarkozy et François Fillon», a souligné Stéphane Le Foll, l’eurodéputé socialiste. Le bras droit du patron du PS a jugé qu'il s'agissait surtout d'une «faillite politique et idéologique qui consiste, depuis cinq ans, à laisser penser que c'est chacun, individuellement, qui peut s'en tirer. Nous pensons que c'est d'abord la réussite collective qui peut permettre la réussite individuelle».

Commentaires

  1. je viens par ce commentairvous presenter mes exuses pour le -4 involontaire que je vous ai mis, en effet mon fils est tombé au moment où j'etais sur votre blog, et je me suis occupée de lui,pendant ce temps mon fils ainé a pris le pc , quand j'ai pu récuperé la place j'ai cliqué et cela a du faire une mauvaise note, j'en suis d'autant plus désolée que quelque soit le blog je ne note jamais négativement. je vous presente ne nouvelle fois mes sinceres exuses

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !