Le BUZZ des heures supp

Ayant déjà longuement commenté la mesure "des heures supp" du paquet fiscal voté à la mi-juillet...

- La défiscalisation des heures supplémentaires (art. 1er)

... voici deux articles recueillis dans Libération et les Echos.

«T ravailler plus, pour gagner plus», premier jour. A partir d’aujourd’hui entre en application le slogan phare de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Soit la promesse pour les salariés que le travail va enfin payer, par un biais étrange, la défiscalisation des heures supplémentaires. Concrètement, en vertu de la loi votée en août, les heures travaillées au-delà de la durée légale de 35 heures par semaine ou 218 jours par an, devront systématiquement être payées 25 % de plus qu’une heure normale. Y compris pour les salariés employés dans des PME de moins de 20 salariés. Jusqu’ici leurs heures sup étaient seulement rémunérées 10 % de plus. Et le produit de ce travail additionnel ne sera pas soumis à l’impôt sur le revenu et sera exonéré pour une grande part de cotisations sociales.

Paradoxe. Premier constat, cette mesure est coûteuse pour l’Etat, qui va devoir dans un premier temps compenser le manque à gagner en cotisations non versées à la Sécurité sociale à hauteur de 5,1 milliards d’euros. La perte sèche à prévoir dans la campagne d’impôt sur le revenu est, elle, impossible à évaluer.

Joli paradoxe, les entreprises sont incitées à recourir aux heures supplémentaires par une réduction forfaitaire de cotisations sociales, tout en pouvant continuer à bénéficier des aides versées au titre de la réduction du temps de travail.

Facture : une vingtaine de milliards d’euros sur le budget de l’Etat en 2008 au bas mot.


Sarko et les heures sup
envoyé par RollingPat

La mesure, qui devait être la première pierre pour faire tomber, par l’usage, les 35 heures, a donc du mal à convaincre, même à droite. Car voilà 5,1 milliards qui vont peser sur le budget, la première année, alors que la croissance s’annonce molle et que les déficits vont continuer à se creuser. C’est un pari économique qu’il va falloir assumer jusqu’en 2012.

La réforme des heures supplémentaires entre en vigueur aujourd'hui. Les PME apprécient ce surcroît de souplesse mais jugent les déductions de charges trop limitées. Peu de dirigeants prévoient, en fait, de développer les heures supplémentaires. Quant au Conseil d'analyse économique, il estime que la réforme ne suffira pas à relancer l'appareil productif.

Travailler plus pour gagner plus », c'est maintenant possible. Promesse phare du candidat Sarkozy, la réforme des heures supplémentaires entre en vigueur aujourd'hui.
Pour que la réforme atteigne réellement son objectif, encore faut-il que les employeurs proposent plus d'heures supplémentaires. C'est tout l'enjeu et c'est là que le bât blesse. Chez les patrons, les sourires qui avaient accompagné en début d'année l'annonce de la mesure se sont estompés. Depuis, ils ont sorti leurs calculettes. Conclusion : les déductions forfaitaires de charges patronales ne sont « pas énormes ». « La réforme n'est pas très incitative », explique la CGPME. « C'est surtout intéressant pour le salarié ; c'est une mesure de pouvoir d'achat, pas de compétitivité », constate le Centre des jeunes dirigeants (CJD).

Commentaires

  1. Voici mon +5 j'espere que tu feras pariel !!!
    Tu peux verifier c'est sous le pseudo mic57600
    laisse une trace te ton passage merci

    **************************
    *http://mic57.boosterblog.com*
    **************************

    `·.,¸¸,.·´->>>Si Tu veux etre dans mes +5 du jour tas cas me dire en coms

    `·.,¸¸,.·´->>>>>si tu veux dedans moi j'acceuille met il fo faire tous les jours !

    RépondreSupprimer
  2. Coucou, j't'es mis un +5 donc sa serait cool de faire plaisir
    http://x-mamzellem0ii-x.boosterblog.com
    Merci d'avance

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ta visite chez mes tigrous, je reviens de vacances et suis ravie de découvrir ton blog !
    Je reviendrai, bonne soirée, à bientôt.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !