Accéder au contenu principal

GrèveS

Les grèves se profilent et se ressemblent. J-5, avant la grande grève des cheminots qui selon les syndicats (6/8 sont mobilisés) sera suivie par les salariés.
La deuxième quinzaine du mois sera d'une actualité sociale très animée et risque de donner du fil à retorde aux ministres et gouvernement de Sarkozy.
Les responsables sont les hommes d'état qui n'auront pas su répondre aux attentes des salariés grévistes.

Les grèvistes sont montrés du doigt, alors que certains comme les cheminots totalisent seulement 0.2 jour de grève par an et par personne.

Cette fois la réforme des régimes spéciaux est soutenue par une majorité écrasante de français. Le cortège des syndicats sera étoffé dans chaque ville où se tiendra une manifestation, par des renforts de nouveaux grévistes, manifestant chacun pour la sauvegarde d'un modèle social commun à tous..

Une grève, telle la grande grève du 18 Octobre est cette fois prévue reconductible à la SNCF, RATP, EDF, GDF dès le 14 Novembre.

Ces salariés seront rejoints le 20 Novembre par les employés de la fonction publique qui manifesteront pour les salaires et les réductions d'effectifs, et on apprend aujourd'hui une manifestation des étudiants le même jour.
Les fonctionnaires de la justice manifesteront eux, le 29 Novembre contre la réforme de la carte judiciaire.

Quand la tension sociale s'exacerbe et qu'à cela vient s'ajouter la préoccupation majeure des français : le pouvoir d'achat en berne (85% des français ne croient pas en l'efficacité du gouvernement pour lutter contre la vie chère) les français ne peuvent et ne doivent pas accepter de nouveaux efforts ou de sacrifices sur leurs acquis sociaux.

Comment comprendre l'augmentation de 170 % du salaire de Sarko, quand des salariés gagnant parfois moins de 20 fois son revenu sont obligés pour se faire entendre de faire grève et donc de ne pas être payés durant ces jours de lutte, comment comprendre cette indiférence face aux revendications de juste cause?

Un mois de Novembre rouge et noir de grèves

Dur pour Sarko

Commentaires

  1. Bonjour
    Je te remercie de ton passage sur mon blog, même si tu n'as pas laissé de commentaires, tu as tout de même voté pour moi, donc je te rend ton +5 !
    Ton blog a une esthétique très particulière qui change visuellement la façon d'appréhender l'information !

    Bonne continuation !
    Amicalement, Patricia

    RépondreSupprimer
  2. Décidément, les meilleurs blogs ne sont pas des skyblog :D
    J'te met dans mes favoris.

    J'aime beaucoup les carricatures.
    Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Sympa ce blog. Pour ma part je suis un peu ennervé par ces grèves car on parle de défense des acquis mais je parlerai de défense de privilège car pour tout ceux qui sont dans le privé il n'y a pas de régime spécial.
    Je pense qu'il est nécessaire qu'on soit sur un même pied d'égalité passons tous a 40 par contre augmentons le salaire et diminuons les cotisations des personnes concernés.

    A bientot

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…