Pour plus de pouvoir d'achat : travailler plus !!

Si certains attendaient des mesures de relance du pouvoir d'achat à effet rapide, on pourra encore attendre !!... Parce que non seulement aucune des mesures n'apportera de réel impact sur le budget des français, mais en plus elles demandent des restrictions d'acquis sociaux sur le temps de travail et des dépenses faramineuses pour l'état en défiscalisation et dépenses de salaires et d'heures supp. Mr Sarkozy pense plutôt "réhabiliter le travail" pour avoir une hausse du pouvoir d'achat
Alors Mr Sarkozy nous a expliqué que pour pouvoir remplir notre frigo, il allait créer un nouvel indice d'achat (waou !) et qu'il allait encore discutoyer avec ces Messieurs de la grande distribution (encore).
Les mesures sur le logement sont dérisoires, au vu du manque de logements et de la pénurie de logements sociaux en bon état.
Et puis Nicolas nous assuré que la signature de contrats à l'étranger aller nous apporter de la croissance, en se justifiant ensuite du bien fondé du "paquet fiscal".......et blablabla...et blablabla.

Pour ma part, j'ai préféré un programme courageux fait de mesures qui permettraient aux français d'avoir très concrètement du pouvoir d'achat en plus.

Lisez donc ce très bon résumé des propositions du PS recueillies sur le site de 20minutes.fr, et la réaction du MJS mouvement des jeunes socialistes aux annonces de Sarkozy.

Le PS grille Sarkozy sur le pouvoir d’achat
Mardi, le Bureau national du PS a adopté dix propositions, tentant ainsi de mettre sous pression la majorité sur un sujet que doit aborder jeudi Nicolas Sarkozy et que l'opinion juge prioritaire. Objectif affiché par le PS: aller plus loin que la loi Chatel, adoptée dans la nuit de mardi à mercredi par les députés de la majorité.

Principales propositions du PS: le doublement de la prime pour l'emploi, l'encadrement des tarifs du gaz et de l'électricité, l'abrogation des marges arrière (remises des fournisseurs aux grandes surfaces pour la promotion de leurs produits dans les rayons) et l'instauration de «class actions» (recours de consommateurs devant la justice).
Le parti de François Hollande réclame aussi «l'encadrement des loyers pour l'année 2008» qui seraient «indexés sur le coût de la vie», une diminution des taxes sur l'essence par le biais du rétablissement de la TIPP flottante, ou encore «la généralisation du chèque transport», décrié mardi par François Fillon, pour aider à financer les déplacements des salariés.

Au chapitre des salaires, les socialistes préconisent «une conférence pour augmenter le smic et les rémunérations» et qui aurait pour objet de consentir des exonérations de charges sociales aux entreprises qui «augmentent effectivement les salaires», selon François Rebsamen. Un système de bonus-malus est également étudié pour inciter les entreprises à moins recourir au temps partiel et au travail précaire.

Taxe sur les profits pétroliers

Sont aussi prônés «un plan de rattrapage des traitements dans la Fonction publique» et «une revalorisation des petites retraites», alors que la loi sur la sécurité sociale, tout juste votée au Parlement, limite cette hausse à 1,1%. Pour faire baisser les prix alimentaires, le PS propose notamment une réduction d'un demi-point de la TVA (qui serait ramenée à 5%) sur les produits de première nécessité. Enfin, le PS avance l'abandon des franchises médicales et le maintien de l'exonération de la redevance audiovisuelle pour les plus de 65 ans comme pistes à suivre.

D'un coût de six milliards d'euros, ces mesures seraient financées pour moitié par «une taxation des super-profits pétroliers» et pour l'autre par «une taxation des stock-options», a précisé mardi François Rebsamen, numéro deux du PS.

Pour finir, le PS tire à boulets rouges sur le paquet fiscal. Michel Sapin, secrétaire national du PS à l'Economie, a affirmé mardi que non seulement il n'avait «eu aucun effet sur le pouvoir d'achat», mais qu'en plus le gouvernement avait «pris des décisions qui diminuent le pouvoir d'achat» (franchises médicales, paiement de la redevance audiovisuelle par les personnes âgées, sauf les plus démunies). Les députés PS défendront jeudi ces mesures en soumettant à l’Assemblée une proposition de loi. Qui a toutefois peu de chance d’être adoptée par les députés.

Mouvement des Jeunes Socialistes

Pouvoir d’achat : la chiraquisation de Sarkozy
vendredi 30 novembre 2007

Le Mouvement des Jeunes Socialistes dénonce les « mesurettes » de Nicolas Sarkozy pour faire face à la baisse du pouvoir d’achat. Fidèle à la pratique de son prédécesseur, le Président de la République a fait beaucoup d’annonces, mais on peut d’ores et déjà dire qu’elles auront peu de résultats.
Aujourd’hui les plus touchés par la précarisation du travail : les jeunes, les femmes, les ouvriers sont les premières victimes de la baisse du pouvoir d’achat. Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne et de fortes disparités existent. Car si la France occupe le 14e rang européen du salaire médian, elle est au premier rang pour les salaires des cadres dirigeants. Pour augmenter le pouvoir d’achat du plus grand nombre, il faut certes lutter contre la précarité mais aussi revaloriser les minimas sociaux, et s’attaquer plus sérieusement au chômage.
Pour Nicolas Sarkozy, l’augmentation du pouvoir d’achat ne passe pas par l’augmentation des salaires : tout juste concède-t-il une « monétisation » des RTT qui existe plus ou moins, et une remise à plat très floue des exonérations de cotisation sociale.
Maintenant, c’est clair, seuls ceux qui voudront faire des heures supplémentaires pourront espérer augmenter leur salaire. Encore faut-il qu’ils en aient la possibilité... Les Français ne sont pas dupes, on leur refait le coup du « travailler plus pour gagner plus ». Le Mouvement des Jeunes Socialistes considère que le problème du pouvoir d’achat se règle avant tout par une augmentation des salaires et une répartition plus juste des richesses dans ce pays.
Pour nous, agir sur le pouvoir d’achat, c’est aussi agir sur les dépenses incompressibles : loyer, électricité, gaz, alimentation, santé. C’est pour cette raison qu’il est indispensable de se donner les moyens d’agir sur les niveaux des prix de l’énergie et des besoins de base, au lieu de se contenter d’annoncer une « discussion » avec la grande distribution.
Mesures inefficaces, mesures déjà existantes : sur le pouvoir d’achat, Nicolas Sarkozy nous a fait du grand Chirac. En matière de pouvoir d’achat, la droite a offert le paquet fiscal aux plus riches dès cet été. Pour la grande majorité des Françaises et des Français, Nicolas Sarkozy ne propose que des miettes. La « révolution » risque fort de faire « pschit »...

Commentaires

  1. et s'il y a de nouvelles émeutes , on comprendra pourquoi.
    Ce discours , hier soir , était une vraie provocation ...
    je suis écoeurée , il faut résister encore plus..

    RépondreSupprimer
  2. J'crois qu'on est bien parti pour travailler plus pour gagner encore moins.

    RépondreSupprimer
  3. @ chtristie
    tu as raison il faudra résister encore plus et rappeler à Sarko qu'il doit être le président de tous les français
    A+ Stef

    RépondreSupprimer
  4. @ tranxene2lematin
    Ouais avec les franchises et tous ce qui coûte plus cher aujourd'hui, il faudra travailler plus pour gagner encore moins !!!... et encore quand on a du travail !
    Merci de ta visite
    A+ Stef

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !