Pourquoi la grève ?

Etudiant :
Si la loi Pécresse fût adoptée le 1 Août 2007 dans l'indifférence générale, la réforme des universités ne passe pas au près des étudiants grévistes. Je soutiens ce mouvement qui dénonce une libéralisation de l'enseignement supérieur qui à terme créera une inégalité sociale de plus !
Voici ce qui pose problème :

Le financement: Jérémy Giono, président du Collectif contre l'autonomie des universités (extrême gauche) affirme que «l'autonomie budgétaire entraînera la disparition des filières non rentables et instituera une privatisation de l'université». Selon lui, cette réforme imposera aussi «une mise à la disposition de l'université auprès des entreprises». L'Unef estime que «ce financement risque d'accroître le fossé entre les grandes écoles et les universités», et prévient qu'il débouchera sur «une mise en concurrence de celles-ci». Bruno Julliard, président de l'Unef, craint l'apparition d'un système d'universités à deux vitesses dans un mouvement de désengagement de l'Etat. Le budget de l'enseignement supérieur, pourtant en hausse (1,8 milliard d'euros), ne profiterait pas à l'université mais aux entreprises sous forme d'exonérations fiscales, selon le syndicat.

Moins de pouvoir aux étudiants: La diminution de leur représentation au CA les pénalise lors de l'élection du président de l'université. Celui-ci, en revanche, accroît ses pouvoirs avec la possibilité de nommer des personnalités extérieures dans ce conseil.

Des droits d’inscriptions plus élevés: Valérie Pécresse a affirmé fin juin qu'il était «normal» que les frais d'inscription à l'université «augmentent en fonction du coût de la vie», tout en assurant que le ministère restera maître de la fixation des frais pour toutes les universités, engagées ou non dans le futur projet d'autonomie.

Inégalités sociales: Les organisations étudiantes estiment aussi que la répartition des aides sociales est inégalitaire, car les bourses sont attribuées en fonction de critères de mérite et non selon des critères sociaux. Par ailleurs, elles déplorent un manque de moyens accordés au logement étudiant.
D'autres pistes existent ! : le PS propose :
Cinq propositions sur cinq aspects oubliés dans le projet de loi :

– S’attaquer au problème de l’échec en premier cycle, en créant une allocation d’autonomie pour les étudiants, en renforçant l’encadrement et en développant un service d’orientation personnalisée qui revaloriserait les filières BTS et IUT.

– Améliorer la condition des doctorants et postdoctorants en augmentant les rémunérations et en établissant une meilleure reconnaissance du statut dans la convention collective.

– Augmenter dès maintenant les crédits accordés l’enseignement supérieur et à la recherche, pour ramener la France au niveau de la moyenne des pays de l’OCDE, soit 3 % du PIB.

– Favoriser les relations entre recherche et innovation en structurant les pôles de compétitivité, notamment en rapprochant les laboratoires des entreprises.

– Redéfinir une gouvernance efficace en démocratisant les conseils d’administration et proposer que l’État évalue les universités dans le cadre d’un contrat signé par les deux parties.


Régimes spéciaux de retraite :

Malgré l'appel à l'arrêt de la grève par le seul syndicat CFDT, la base reste très mobilisée contre un projet de réforme qu'ils jugent injuste. Il faut noter que lors du recul de Juppé en 1995 sur le même dossier, seul 20% des salariés étaient grévistes certains jours. Injuste parce que les salariés ayant signé leur contrat de travail avec la SNCF par exemple, ont signé et accepté des conditions de travail et des horaires pénibles (7j/7, jours fériés, travail le week-end et la nuit...) en contre partie ont signé un départ à la retraite anticipée à 55 ans.
D'autres pistes existent ! : le PS propose :
"La réponse à ces défis sociaux passe par une augmentation des recettes. Rien ne se fera sans augmentation des cotisations. Le «réabondement » du fonds de réserve représente aussi une nécessité.Une sollicitation plus forte des revenus financiers est incontournable. La question de la majoration des cotisations, y compris patronales, doit être clairement posée. À défaut, ce serait la crédibilité même du système par répartition qui serait en cause."

Fonction publique :

Les employés de la fonction publique manifesteront pour les salaires et les réductions d'effectifs ce 20 Novembre.

Réforme de la Carte Judiciaire :

Avocats, personnels judiciaires et élus, ont manifesté, car cette réforme se traduit par la suppression d'au moins 23 des 181 tribunaux de grande instance (TGI) et 176 des 473 tribunaux d'instance, juridictions de proximité.

Pourquoi la grève ?
Ce 20 Novembre risque d'être une journée historique pour un mouvement social qui prend de l'importance chaque jour ; on se dirige vers une mobilisation importante de ces différentes corporations, qui pourrait en se rejoignant donner l'impression d'une grève générale. Le mécontentement gronde ! Et c'est bien normal car les gens ne comprennent pas que Sarkozy et son gouvernement puissent distribuer 15 milliards de cadeaux fiscaux, s'accorder des augmentations faramineuses et demander à la population des sacrifices et la perte d'acquis sociaux dans un contexte où le pouvoir d'achat est de plus en plus un problème épineux.

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. +5

    Faii pareiil pOur mOi stOuplaii

    Mercii

    RépondreSupprimer
  3. On a jamais vu les usagers du service public aussi en colère au petit écrant... Les journalistes vont même jusqu'à faire des allusions sur la fénéantise des grêvistes... les cadeaux fiscaux font perdre en objecticité apparemment.

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir ma petite Mimile,

    Désolée, avec toute la sympathie que j'ai pour toi, je peux adhèrer à aucun des arguments, répétés et re répétés...!

    Il va être grand temps pour les fonctionnaires de comprendre que TOUT LE MONDE doit faire un effort pour sortir la France de la merde. Et si tous les Français doivent travailler jusqu'à 65 ans, ce sera TOUS les Français, pas de dérogation ni de passe droit...!

    Douce nuit

    Bisous

    P.S : ce que j'aime chez toi, même si je ne suis pas d'accord avec tes idées, c'est ta croyance sincère... Tu crois en quoi tu te bats...

    RépondreSupprimer
  5. Tu oublies dans ton article les lycéen, les personnels d'Air France qui aussi se mettent dans une lutte. Le message sui vant dit
    Il va être grand temps pour les fonctionnaires de comprendre que TOUT LE MONDE doit faire un effort pour sortir la France de la merde. Et si tous les Français doivent travailler jusqu'à 65 ans, ce sera TOUS les Français, pas de dérogation ni de passe droit...!
    Si elle a envie de travailler jusqu'à 65 ans, tant mieux pour elle, mais il est logique de se dire aussi qu'après des années de travail qu'on a le droit de profiter des derniers moments qui nous restent. La vie ne se vit qu'une fois, et puis un salarié, tel qu'un infirmier, un maçon,..., âgée de 60 ans peut il travailler efficacement ? soyons honnête, ce monde n'est pas juste !!!

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir,
    Je suis bien de votre avis Tranxène et Patdinina.
    Lapassante, bien sûr il faut de tout pour faire un monde, et toute les deux nous avons le même sens de l'humour... Mais pas les mêmes idées politiques. Je ne polémiquerai pas.
    Je confirme juste que oui je crois en mes valeurs, et ce pour quoi je me bats, car un monde libéral et individualisteet basé sur le profit, ça n'est pas ce dont j'ai envie pour ma fille (et pour les autres...). Certains diront que je suis idéaliste, n'est ce pas ?
    Bonne soirée à vous 3 (et aux autres :D )

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !