Régimes spéciaux : un désordre social peut en cacher un autre : CNE

Alors que les syndicats en grève pour la sauvegarde des régimes spéciaux sont sous les feux de la rampe, nous apprenons aujourd'hui qu'ils eurent raison de lutter en 2005 contre la mise en place du contrat nouvelle embauche, même si celui-ci fût adopté, voté et appliqué depuis.
Oui mais voilà, si les gouvernements de droite en place croient pouvoir détricoter le code du travail, ils sont rappelés à l'ordre par l'OIT (organisation internationale du travail) qui juge qu'une durée aussi longue (deux ans) de période d'essai n'est pas raisonnable. Le comité de l'OIT a tranché et assure qu'un contrat de travail ne peut-être rompu"en l'abscence d'un motif valable"
L'OIT a signé mercredi à Genéve l'arrêt de mort du CNE.
Le représentant français de ce comité a indiqué que la France suivrait leurs recommandations.
A suivre... En ce qui concerne les grèves :
C'est un coup de théatre façon "les fourberies de Sarko"
Depuis l'annonce du 25 Septembre, du chantier de réforme des régimes spéciaux, les syndicats (CGT, CFDT...) réclament des rencontres et négociations tripartites (présence du gouvernement, des syndicats et de l'entreprise) pour engager une réforme jugée nécessaire par tous !
S'en sont suivi quelques rencontres avec X.Bertrand, qui comme son premier ministre et Mr Sarkozy a affiché une fermeté et une rigidité à toute épreuve, renvoyant les syndicats à la négociation avec les entreprises concernées. La grève du 18 Octobre n'a donc pas été empêchée et a plus été un moyen pour le gouvernement de jauger les forces en présence.
Depuis trois semaines X.Bertrand et ses acolytes ont prétendu au fil de leurs interventions, d'une maniére répetitive que "leurs portes étaient ouvertes" refusant dans le même temps toute participation à des rencontres pour négociations tripartites (SNCF, état, syndicats)
Qu'apprenons-nous aujourd'hui :
Et bien que X.Bertrand accorde un mois aux syndicats et aux dirigeants d'entreprises concernées pour négocier la réforme des régimes de retraite en présence d'un représentant de l'état !!
Mais de qui se moque-t-on ?
Le but est en fait de gagner du temps, de décapiter le mouvement, de jouer avec la mobilisation des salariés grévistes qui à l'approche des fêtes de fin d'année devront comme tous les français disposer de leurs revenus. Car évidement les journées de grèves coutent cher à une époque où le pouvoir d'achat est aussi une préoccupation importante pour les salariés grévistes.
Mais soyons pragmatiques, les bonifications de salaires et caisses de retraite complémentaire seront crées grâce à la mobilisation ; et le plus important est que Sarko et ses acolytes sont prévenus que si les français sont pour les réformes, les réformes ne se feront pas sans eux !

Commentaires

  1. Merci pour votre commentaire.
    Quoi qu'il arrive.....restons à gauche !!
    Bravo pour votre site, je vais l'ajouter dans les favoris de mon blog.

    RépondreSupprimer
  2. Voici mon +5 j'espere que tu feras pariel !!!
    Tu peux verifier c'est sous le pseudo mic57600
    laisse une trace te ton passage merci

    **************************
    *http://mic57.boosterblog.com*
    **************************

    `·.,¸¸,.·´->>>Si Tu veux etre dans mes +5 du jour tas cas me dire en coms

    `·.,¸¸,.·´->>>>>si tu veux dedans moi j'acceuille met il fo faire tous les jours !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !