Accéder au contenu principal

Rétropspective des 6 mois de Sarkozy

En Juillet, s'est mit en place en France un régime totalitaire où l' "omni"-président est à la fois garant des institutions et en charge de ces institutions.
Les réformes se succèdent et le rythme s'accélère ne laissant aux syndicats aucune marge de manoeuvre pour négocier et proposer des alternatives ; seules les modalités de ces réformes sont négociables.
A peine le gouvernement était constitué que déjà Sarko lançait la réforme des universités en Juillet, votée dans l'indifférence début Août (loi Pécresse). Aujourd'hui encore, des lycéens rejoignent les étudiants pour demander l'abrogation de cette loi liberticide, qui tente un début de privatisation de l'éducation nationale, là où l'état doit encore, qu'on le veuille ou non, être plus que jamais impliqué. L'école doit rester gratuite, laîque et obligatoire comme c'est le cas depuis 1882 (Lois Jules Ferry).
Le paquet fiscal été discuté dans la foulée, alors que les français, partis en vacances (pour les plus chanceux), ne se doutaient pas que l'on dilapidait pendant ce temps, leurs contributions sociales, par des cadeaux de défiscalisations aux plus riches.
Abasourdi, mais toute ouîe, nous attendions le programme de Sarko à la mi-septembre : fût donc annoncé le "contrat social nouveau"... Dans leur chronologique de leur annonce, les projets sont :
  • Assouplissement des 35 heures
  • Suppression des marges arrières (grande distribution et centrale d'achat)
  • Fusion Anpe et Assedics
  • Rupture négociée du contrat de travail
  • Sanction des chômeurs refusant une offre d'emploi "valable"
  • Franchises médicales
  • Réforme des régimes spéciaux de retraite
Cette dernière a été menée à un rythme effreiné ; les syndicats ne peuvent pas négocier sur la modification de la période de cotisation (40 ans) pour obtenir une retraite à taux plein, mais uniquement sur les modalités de bonification de salaire et de pension. Sont traités en même temps les projets de loi de fusion Anpe - Assedics, des franchises médicales, et du contrat de travail unique (avec rupture "à l'amiable"...). Toutes ces négociations face à un Sarkozy acquis à la cause du Medef.
Mais cette façon de faire illusion a fait son temps ! Il aura fallu 6 mois pour que les français se rendent compte qu'ils ne pouvaient attendre de Sarkozy et de son gouvernement des réformes justes et efficaces pour faire évoluer le pays vers un progrès normalement bienfaiteur.

Commentaires

  1. Tout cela était dans les cartons depuis longtemps ..On attendait juste que les français soient mûrent à point pour élire le Président qui ira jusqu'au bout..
    Pour cela , le poison a été savament distillé par la télévision , les journaux , et tous les autres moyens occultes.
    On a commencé à dresser les français les uns contre les autres pour mieux créer le besoin de ce gouvernement.

    RépondreSupprimer
  2. Salut pour augmenter tes visites entièrement gratuitement il y a http://www.services-blog.com

    En plus en ce moment tout est gratuit (avatar, statistiques, liste des notes, etc..) absolument tout !

    Il y a aussi un t'chat pour dialoguer avec les autres bloggeurs

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…