Accéder au contenu principal

Troisième débat concernant les Municipales au PS sur Second Life

COMPTE RENDU DU DEBAT DU 19 FEVRIER
« QUELLE POLITIQUE DU LOGEMENT POUR LA VILLE
? »

Il y a eu jusqu’à 34 participants au débat d’hier soir à la permanence du PS sur Second Life, le 748ème comité de Désirs d’Avenir. Le sujet a donc été mobilisateur ; rien d’étonnant à cela puisque le logement est l’une des principales préoccupations des français avec l’emploi et le pouvoir d’achat.

Pour m’épauler dans cette discussion, deux professionnels du logement, tous deux travaillant IRL dans le secteur du logement social, étaient présents à mes côtés pour répondre aux questions des auditeurs internautes : tout d’abord Utopia Deschanel, gérante d’antenne HLM, et Souvarine Trébuchet, chef de projet et urbaniste. Ces derniers sont originaires de régions différentes, et il était à la fois intéressant et triste de constater les inégalités en terme de pouvoirs d’action et de moyens alloués par les collectivités territoriales.

Etait-ce dû à la présence de Souvarine et d’Utopia, ou parce que cela tenait à cœur à la majorité des participants, en tout cas, le thème du logement social a été longuement abordé hier.

Nous avons tout de même évoqué le logement privé, dont le développement est une nécessité et dont l’offre doit être améliorée. Le principal problème étant l’inflation, nous avons discuté de quelques solutions, notamment la création d’un « bouclier logement » afin de limiter l’impact des loyers sur les revenus des ménages, pouvant être accompagné d’une indexation des prix des loyers sur l’inflation, ou leur détermination (en fonction de la situation géographique, des revenus, etc…) par les collectivités territoriales comme cela se fait dans certains pays (Souvarine nous a cité les Pays Bas).

Nous avons entamé le débat avec la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (dite loi SRU). Cette loi prévoit, pour les communes de plus de 3500 habitants et d’ici à 2020, un minimum de 20% de logements sociaux. Le but est de lutter contre la péri-urbanisation et d’inciter à la mixité urbaine et sociale. Certaines municipalités garantissent même la production de logements sociaux au sein de tous logements collectifs de plus de 20 logements (un minimum de 10%). On retrouve là la vraie mixité sociale que l’on trouvait à l’époque dans les grandes maisons de maître des centres villes, où les « riches » vivaient aux premiers étages et les plus modestes dans les chambres de bonnes, sans pour autant que cette ségrégation géographique dans l’immeuble ne perdure aujourd’hui.

Nous avons également parlé des villes qui ne respectent pas cette loi SRU, entre autre Neuilly pour ne pas la citer, bonne avant dernière avec 2.6% de logement social. Une pénalité financière est prévue dans ces cas là ; or, l’amende est annulée si les investissements immobiliers de la ville dépassent le montant de l’amende (ainsi Neuilly n’a été sanctionnée que pour l’année 2004…)

Souvarine et Utopia nous ont également donné beaucoup de détails sur le traitement des demandes de logement, des conditions d’attribution, des situations de détresse qu’ils rencontrent au quotidien, des politiques de construction et de rénovation du parc existant, de l’accession à la propriété, des « maisons Borloo » (vous savez : les maisons à 100 000 € en 2005 qui valent aujourd’hui 120 000, un bide et une fumisterie ! 800 en seront construites en 2008, au lieu de 25 000 prévues dans les textes…), du développement durable. Nous avons bien compris que tous ces aspects pouvaient différer selon quelle personne, quel parti siégeait à la mairie.

Car tout est question de volonté politique : il ne suffit pas une loi du Droit Opposable au Logement pour régler les problèmes. Cette loi, qui désigne l’Etat comme garant de droit au logement, permet d’entamer un recours contre les pouvoirs publics dans le cas où les démarches entreprises en vue de l’obtention d’un logement social connaîtraient une stagnation anormale… Ca nous a laissé perplexes, car s’il y avait assez de logements décents pour tous, on n’en serait pas là. L’Etat reconnaît ses lacunes, mais n’agit pas assez pour les combler ; un durcissement de la loi SRU avec mise en place d’amendes réellement dissuasives auraient été préférables.

Pourquoi autant parler des logements aidés ? Tout simplement parce qu’à l’heure de l’inflation immobilière et de la stagnation voire la baisse du pouvoir d’achat, ils représentent pour beaucoup de français la (seule ?) possibilité de se loger dignement en terme de confort et de coût.

Liberté, Egalité, Fraternité… Je rajouterai : Solidarité et Mixité !

Merci à tous les participants, aux Staffs présents ainsi qu’à Utopia et Souvarine.

Commentaires

  1. je te laisse le blog sur l'actu
    http://ultrahardcore9.boosterblog.com/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…