Vengeance ou justice ? Pour redonner des couleurs à Sarkozy ?

Qu'apprenons nous ce matin? Qu'un vieux réflexe de politique sécuritaire en temps de campagne à eu lieu à Villiers le bel, ce lundi à 6h !!
Quels étaient les objectifs de la police et du gouvernement ?
Ces arrestations découlent-elles des tracts distribués dans cette cité, appelant à la dénonciation des coupables?
Combien seront vraiment considérés comme coupables et faisant parti des émeutes de Novembre dernier?
Avons nous les détails de l'enquête de police sur la responsabilité de celle-ci dans le décès de deux jeunes en moto percutés par une voiture de police?
38 jeunes ciblés pour 25 interpellations, contre 0 policiers mis en examen pour la mort inéxpliquée de deux jeunes français... Aurons-nous la vérité pour un évènement qui ressemble plus à une justice d'état arrangée, plutôt qu'à la volonté d'éclaircir les zones d'ombre de cette malheureuse affaire?

Voici un extrait du billet "un arrière goût des émeutes de 2005" qui explique selon moi pourquoi nous en sommes là :

Quand on a grandi dans un "tiéquar", on est depuis le plus jeune âge stigmatisé, montré du doigt, mis à part de la société ; cela commence dès l'école où l'on sait que les établissements scolaires que l'on fréquente sont différents (ZEP, ou zone rouge façon Amara 2007). Puis on nous explique la nécessité de la discrimination positive. Enfin on nous vante le mérite de " s'en sortir ", de ses quartiers (sans donner aucun moyens sinon ceux de l'égalité des chances, vaste rigolade, n'est-ce pas ? ).
Vengeance, c'est la motivation première de ces personnes qui ne peuvent comprendre que l'on résume cette histoire à un banal accident de la route, quand tous observateurs et témoins de la scène racontent qu'après le massage cardiaque pratiqués aux victimes, les policiers ont abandonné les jeunes par terre, seuls.
Mohamed, le sage du quartier, explique : "ça dégénère parce qu'ils ont tué des jeunes, c'est à la police de prendre ses responsabilités".
Le député socialiste Arnaud Montebourg dit qu'"aucune leçon n'a été tirée" des émeutes de 2005. Entre la police et la population, "ce sont des accusations réciproques qui mènent maintenant non plus seulement à des attaques aux biens mais à des attaques sur les personnes"

Aurons-nous des réponses aux questions posées sur cette affaire ou resterons nous avec pour seule réponse ce show sécuritaire déstiné à l'électorat de Sarkozy, le plus à droite ?

Commentaires