Accéder au contenu principal

Education, code du travail, retraite, le gouvernement de Sarkozy se lâche

C'est parti, après le début des négociations avec les syndicats en début d'année sur la réforme du CDI, après le début de réforme des régimes spéciaux, après ces différents pavés lancés dans la mare, au lendemain des élections municipales, l'entreprise de dévastation de nos acquis sociaux (des citoyens français sont morts pour les obtenir) la machine de destructuration de notre modèle de protection sociale, de notre société, est en marche de bataille.

  • Les grèves d'enseignants et de lycéens dans le secondaire ne sont pas médiatisées et pourtant cela concerne chacun d'entre nous, responsables (ou futurs responsables) de famille.
La grogne s’amplifie depuis le 15 février contre le projet de réduction des effectifs enseignants et non-enseignants dans l’Education nationale. La suppression programmée par le gouvernement de 8000 postes d’ici 2012, fait partie de la volonté affichée par celui-ci de supprimer près de 22000 postes de fonctionnaires en quatre ans. Il s’agit pour l’Etat de faire des économies dans le plus gros de ses budgets, celui de l’Education.

  • La réforme du code du travail est en marche
Un compromis finalisé le 11 janvier par trois organisations patronales (Medef, CGPME, UPA) et quatre syndicats (FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC) sur cinq, la CGT ayant participé à la négociation n'a pas signé cet accord permettant la présentation d'un projet de loi à l'assemblée.
Après son adoption, certainement au printemps d'après X.Bertrand, l'employeur pourra allonger la période d'essai et rompre à l'amiable avec un salarié en CDI. Le code du travail sera aussi modifié pour réduire à un an l'ancienneté nécessaire pour percevoir une indemnité de licenciement.
Périodes d'essai, rupture amiable du CDI… Le projet de réforme du marché du travail a été adopté mercredi, en Conseil des ministres. Son but affiché est de modifier le code du travail pour pouvoir donner la possibilité à un employeur de se séparer plus facilement d'un salarié embauché...
Nous assistons là, dans l'indifférence générale, à la précarisation du dernier contrat de travail qui permettait encore une certaine sécurité de l'emploi.
  • Coup d'envoi aujourd'hui, de la nouvelle réforme des retraites
Je me suis rendu compte en discutant avec mon entourage que les gens s'imaginaient que la réforme des régimes spéciaux de la fin d'année, était la réforme attendue... et que cela était fait et que rien de plus n'était au programme du gouvernement.
La réalité est tout autre, le gouvernement a entamé aujourd'hui une « concertation » avec les syndicats et le patronat sur l'allongement à quarante et un ans, d'ici à 2012, de la durée de cotisation pour toucher une retraite à taux plein.
En réalité, la loi Fillon de 2003 a déjà prévu le passage à quarante et un ans, et rien ne justifie d'y renoncer. Le niveau des retraites a fortement baissé depuis la réforme Veil-Balladur de 1993, tiré vers le bas par la prise en compte des vingt-cinq meilleures années de salaires, au lieu des dix meilleures jusqu'alors.
Alors que la réforme de 2003 a lancé l'allongement de la durée de cotisation, les salariés, à l'âge de la retraite, présentent de plus en plus des carrières incomplètes. Le problème, c'est que l'on arrive déjà pas à garder les seniors jusqu'à l'âge de 60 ans, alors si la durée de cotisation augmente... L'âge moyen de départ à la retraite en France est de 58 ans mais le taux d'emploi des seniors est trèst faible. Seuls 38% des 55-64 ans sont encore en activité, contre 41% en moyenne dans l'Union européenne.

J'ai l'impression qu'un sentiment d'insouciance s'empare des français qui après un premier trimestre plutôt calme pour cause d'élections locales, risquent d'avoir un réveil difficile lors de la prise de connaissance de ces dossiers brûlants.
La stratégie de Sarkozy, de noyer le poisson en inondant d'informations people, sur ces voyages avec Carla, sur son nouvel attrait pour l'histoire de france et les célébrations qui vont avec, est une stratégie efficace pour l'instant...
Bien obligé de reconnaitre que ce Nicolas est doué pour la comm....

Commentaires

  1. Tout cela était dans les cartons bine avant que Sarkozy ne gagne les élections..

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…