Accéder au contenu principal

Les chaussettes puantes

Voici l'info (honteuse) du jour trouvée sur le site de Marianne que je m'empresse de relayer. Des irrégularités dignes de celles fortement suspectées récemment en Russie ou en Iran ont été constatées dans le bureau de vote n°4 de Perpignan. Cela s'ajoute au scandale du 5ème arrondissement de Paris de Tibéri, et aux rumeurs de fraudes à Marseille (Gaudin) et à Corbeil (Dassault). Comment une élection peut elle validée suite à de tels faits ???

A Perpignan, la fraude est dans les chaussettes

Le président du bureau de vote numéro 4 de Perpignan a été pris en flagrant délit de bourrage des urnes et arrêté. L'opposition dénonce des fraudes massives, mais le scrutin a été validé...

« Au moment du dépouillement, j'ai remarqué un individu avec des enveloppes de votes froissées dans les poches, j'ai demandé qui c'était »
, raconte Monsieur Got, assesseur au bureau numéro 4 de Perpignan et colistier de la candidate socialiste Jacqueline Amiel-Donat. « On m'a répondu que c'était le président du bureau de vote, Monsieur Garcia, le frère d'un des adjoints au maire. J'ai demandé qu'on arrête de dépouillement, on a appelé la police. Quelques minutes plus tard, je l'ai surpris en train d'essayer de se débarrasser d'autres enveloppes qu'il cachait… dans ses chaussettes ! » Le coup des chaussettes a marqué les esprits. Un président de bureau de vote qui tente de mêler des enveloppes pleines de bulletins pour le maire sortant lors du dépouillement, ça fait mauvais effet. Surtout lorsque le dit maire sortant, Jean-Paul Alduy, n'assure sa réélection que d'une courte tête, à 574 voix près…

La soirée électorale a été pour le moins agitée. Plusieurs milliers de supporteurs de l'opposition ont manifesté devant l'hôtel de ville, brandissant des chaussettes, jusqu'à ce que la présence massive de CRS les incite à rentrer chez eux. Malgré cette irrégularité, et les nombreuses autres qu'allèguent la liste socialiste-Modem menée par Jacqueline Amiel-Donat, le scrutin a été validé. A la préfecture, on explique que c'est au juge d'instruction de décider, à l'issue de l'instruction, de la régularité de l'élection. Le maire sortant, Jean-Paul Alduy (UMP), qui occupe la mairie depuis 1993, est donc reconduit. Il a succédé à son père, Paul Alduy, en poste depuis… 1959.
(Lundi 17 Mars 2008 - 13:02 Anna Borrel)

Commentaires

  1. Il faut vraiment une fraude massive et manifeste pour invalider une élection. Bizarrement, ce sont des candidats de droite qui sont suspectés de fraude ! ;o)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vécu à Perpignan et je sais que le maire Alduy n'est pas clair. Il achète les électeurs gitans et ils ne s'en cachent pas. Ils le disent haut et fort. Ils sont cantonnés dans leur quartier mais à chaque élection Monsieur le Maire sort le carnet de chèque et ça marche..A Perpignan, c'est un secrêt de Polichinel.Par contre tous les gitans ne se laissent pas acheter.. Cela aussi est une vérité car ils en ont assez d'être pris pour cible. Une amie à moi avait fait une reportage pour la Semaine du Roussillon sur les gitans et leur insertion dans la Cité Catalane.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…