Promesses de Sarko : les marins-pêcheurs s'impatientent... et pas qu'eux !

De toutes les belles promesses de Sarkozy, faites pendant sa campagne et depuis son élection, bon nombre ne se sont pas concrétisées. Il y a quelques jours, les retraités manifestaient contre la baisse de leur pouvoir d'achat (le président je le rappelle s'était engagé à augmenter les petites retraites de 25%...). Le pouvoir d'achat des français en est berne, mais que voulez-vous y faire, les caisses de l'Etat sont vides : circulez, y a rien à voir !

Voici quelques engagements dont on n'entend plus parler : le droit aux allocations familiales dès le 1er enfant, le remboursement des intérêts d'emprunt pour tous les crédit immobiliers en cours, le plan Power 8 d'Eads, l'affaire de Vanneste, l'interdiction des parachutes dorés, la parité dans les élections, la non privatisation d'Edf-Gdf, la taxation de produits venant des pays ne respectant pas le protocole de Kyoto, etc, etc.

Or, face à de tels agissements, l'impatience de certains commencent à se faire sentir :


"Des marins-pêcheurs ont menacé, hier, de perturber les régates du Spi Ouest-France pour réclamer la mise en place du plan d’aide promis le 16 janvier dernier.

Les régates du Spi Ouest-France à la Trinité-sur-Mer vont peut-être accueillir des participants imprévus. Elles devaient débuter aujourd’hui mais des marins-pêcheurs menacent de perturber cette grande course populaire à la voile. Cinquante à soixante chalutiers et fileyeurs ont commencé à se rassembler, hier soir, à l’entrée du port de la Trinité-sur-Mer.

Venus de Lorient, de L’île Houat ou de Quiberon (Morbihan), ils réclament la mise en œuvre du plan d’aide destiné à faire face à la flambée des prix du pétrole, promis le 16 janvier dernier par le ministre de la Pêche Michel Barnier.

Ce plan prévoyait le déblocage de 310 millions d’euros sur trois ans, sous forme notamment d’exonération de charges salariales et patronales. Les aides tardent à arriver selon les marins- pêcheurs." (Raphaël Vantard - France Info - jeudi 20 Mars)

Moi, j'en connais un qui répondrait : "Mais qu'est-ce que vous voulez que j'y fasse ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ?"...

Commentaires