Suppresion de postes : la colère gronde!

Dans la manif parisienne: «On préfère travailler tous que travailler plus»

Manifestation lycéenne à Paris le 10 avril 2008




«On sait tous qu’à la fin, on va être 40 par classe»

Fanny porte un nez rouge, mais ne veut pas rigoler quand elle parle de la situation dans son lycée d’Alfortville (Val-de-Marne): «On nous dit qu’il y a une baisse de la démographie et que les suppressions de postes ne vont rien changer. Mais on sait tous qu’à la fin, on va être 40 par classe avec des profs qui font des heures supplémentaires».

Commentaires