Fête du travail 2008

En ce jour de la fête du travail, comment ne pas parler des mauvais chiffres du chômage et de la réforme des retraites. Deux sujets étroitement liés, puisque les caisses de retraites sont financées en grande partie par les cotisations versées par le travail de chaque salarié.

Une réforme des retraites encore très mal engagée puisqu'il n'est pas possible pour les syndicats de négocier ou même de proposer des solutions alternatives à la durée de cotisation de 41 ans, nécessaire à l'obtention d'une pension de retraite à taux plein.
Le problème est que le gouvernement reste inflexible sur ce point puisque la loi Fillon prévoit déjà cette modification, par la simple application d'un nouveau décret. Voilà comment le gouvernement considère le dialogue social !
Et pourtant J.C.Mailly de FO a fait part de propositions intéressantes sur des nouveaux modes de financement tel que le transfert des recettes dégagées par le maintien au niveau actuel de l'ISF.
Parce que c'est bien là que se pose le problème, comment dégager de nouveaux modes de financement des retraites, de la protection sociale en général... M.Rocard déclarait hier sur LCI, qu'il n'était pas compréhensible par les français, de devoir augmenter la durée de cotisation des retraites si au préalable, nous n'avons pas dégagé une situation de l'emploi permettant cette augmentation.

Comment accepter ce qui n'est pas possible actuellement, car la réalité des chiffres est incontournable, le chômage est reparti à la hausse +0.4% en mars avec +0.6% de demandeurs d'emploi de plus de 50 ans en plus ; Quand on sait que seul 38% des salariés de cette tranche d'âge travaillent effectivement jusqu'à l'âge minimum de 60 ans pour percevoir sa retraite....

Une fête du travail 2008, qui ne laisse présager rien de bon pour les intérêts des travailleurs...

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !