Accéder au contenu principal

Lundi de pentecôte : Les salariés continuent à payer, le manque de financement de la protection sociale de nos anciens

Puisque depuis 2003, il n'y a rien de nouveau dans le financement de la protection sociale concernant nos anciens, le principe d'une journée de solidarité payée par les salariés subsiste.Car c'est le choix de la droite de financer la solidarité envers nos anciens par l'augmentation de la durée de travail des actifs.

Aujourd'hui, en ce jour du lundi de pentecôte redevenu férié, après quatre ans d'un grand n'importe quoi...certains français retrouvent le plaisir d'un week-end de la pentecôte prolongé en famille. Tels des requins profitant de l'homme tombé à l'eau, le gouvernement Raffarin dont Sarkozy faisait partie,en 2003, institua une journée de solidarité suite à la canicule qui fit de nombreux morts chez nos personnes âgées. Faisant appel aux sentiments de la population(pour ce donner bonne conscience)Le principe d'une journée travaillée et non rémunérée fût institué - l'argent ainsi économisé par les employeurs étant versé en faveur des personnes âgées et des handicapés, comme on appelle le téléthon ou que l'on remplit les boites de pièces jaunes...

Subsiste la journée de solidarité, qui est désormais organisée à la carte. Elle est fixée par accord d'entreprise ou de branche, soit un jour férié (hors 1er mai), soit un jour de RTT, selon la loi du 16 avril 2008(selon la CFTC, «compte tenu de la proximité de la publication de la loi avec le lundi de Pentecôte», quelques entreprises feront travailler leurs employés ce jour-là, car la négociation d'entreprise n'a pas eu le temps d'aboutir «pour fixer les conditions de cette nouvelle corvée»)...comme c'est bizarre, cela ne pouvait-il pas être voté et mediatisé avant???.

Commentaires

  1. tu penses que ça aurait à voir avec la baisse des sondages et donc on ferait un savant dosage de la "carotte et du bâton"

    RépondreSupprimer
  2. Il y a peut être de ça oui, christie, mais ça aurait ptet été bien aussi, que l'on laisse le temps à la négociation dans les entreprises...
    Un mois c'est court, mais chez nous dans le cadre de la NAO(négociation annuel obligatoire) pour les augmentations de salaires, on a obtenu le paiement de cette journée de solidarité à l'état par le seul biais de l'entreprise(donc pas de congé ou de RTT à offrir à l'état pour financer la solidarité, mais une entreprise qui joue le jeu des négociations et qui devra faire un gros chéque pour s'acquitter de ses devoirs...)

    RépondreSupprimer
  3. Intéressant sans aucun doute. les dessous des affaires ne sont jamais vraiment mises au grand jour !!

    RépondreSupprimer
  4. Et si j'ai bine compris, ce n'est pas rentable pour l'entreprise ?

    RépondreSupprimer
  5. J'ai dû t'embrouiller avec mon cas personnel:) en fait dans ma boite, c'est l'entreprise qui paye la journée de solidarité, pas le salarié...
    Tu as bien compris, dans mon cas c'est pas rentable pour mon entreprise puisque cette journée de solidarité ne sera pas travaillé par les salariés (même si la boite contribue..)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…