Royal contre-attaque

Ségolène Royal se pourvoit en cassation dans l'affaire des ex-assistantes parlementaires Après la récente condamnation de Ségolène Royal à verser des salaires impayés à deux ex-collaboratrices, son avocat a annoncé la volonté de sa cliente de se pourvoir en cassation dans cette affaire. En outre, elle souhaite aussi porter plainte en diffamation contre l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui avait parlé, le 14 avril dernier, de «délinquance sociale» à propos de cette condamnation.

«Trop d'acharnement, d'abord depuis dix ans et maintenant tous les jours, ça méritait une riposte (...) Maintenant, quand je serai attaquée avec acharnement, je riposterai, voilà qui est fait», a estimé l'ancienne candidate à l'élection présidentielle.

L'une des assistantes parlementaires travaillerait à l'UMP

Dans ce dossier, a poursuivi Ségolène Royal, il s'agit d'«une assistante parlementaire qui travaille aujourd'hui pour l'UMP» et qui «n'a pas eu un seul jour de chômage, ni un seul jour de précarité».

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy avait adressé mercredi à huis clos des critiques à plusieurs organes de presse. Le président accusait notamment la presse de ne pas avoir suffisamment relayé la condamnation de Ségolène Royal.

Patrick Kovarik AFP/Archives ¦ Ségolène Royal le 22 avril 2008 à Paris



G.G avec agence


20Minutes.fr, éditions du 09/05/2008 - 08h47

dernière mise à jour : 09/05/2008 - 10h52

Commentaires