La convergence des luttes se fera le 17 juin

La CGT, la CFDT, la FSU et l’Union syndicale Solidaires appellent à la grève le 17 juin. Suite aux nouvelles remises en cause de nos droits à la retraite, aux attaques frontales contre la durée légale du travail, qui font suite aux attaques contre le statut des fonctionnaires, contre les chômeurs, sans compter la baisse de notre pouvoir d’achat et l’instauration des franchises médicales... l’heure doit être à la convergence des luttes, à la préparation d’un mouvement d’ensemble pour faire céder le gouvernement et imposer un nouveau partage de la richesse produite !

Retraite: Avec un syndicat des patrons les plus rétrogrades que jamais, la liste des métiers où la pénibilité se fait la plus ressentir n'est toujours pas établie.
Quand seul 37% des plus de 55 ans travaillent, il est hors de propos d'envisager de devoir cotiser 41 annuités pour toucher une retraite à taux plein. Réglons le problème du chômage des séniors, après on verra ! Si c'est seulement 5 milliards qui manquent, allons les chercher dans les 23 milliards de cadeaux fiscaux des 486 niches fiscales...

Les 35 heures : Le leader de la CGT estime, dans une interview publiée dans le «Journal du Dimanche», que François Fillon et le ministre du Travail Xavier Bertrand «mentent» en affirmant permettre aux salariés de rester aux 35 heures."Nous sommes confrontés à un choix politique qui consiste à prendre une revanche idéologique sur l'acquis des 35 heures et à restreindre le champ de la négociation sociale", juge M. Thibault.

Le gouvernement veut s’attaquer à une pièce centrale du Code du travail. Il veut en finir avec les 35 heures et vider de sa substance la notion même de durée légale du travail en voulant que celle-ci soit fixée entreprise par entreprise.Il faut se préparer à un conflit majeur. Il est plus que jamais important que la mobilisation du mois de Mai trouve un écho ce 17 juin. Puisque le conseil des ministres du lendemain ce 18 juin portera sur la réforme des 35 heures, montrons au gouvernement qu'il ne peut continuer à réformer le pays sans l'avis du peuple, c'est la démocratie qui est en jeu !

Voir aussi :

Les 35 heures survivront-elles ?

Commentaires

  1. l amerique risque de changer de cap avec un président noire allant ver une couverture universel et le retour des troupes d irak et nous on va rester avec un président qui tent a aller vert ces idées qui on prouver leur danger.l ont dit que c est le reflet de avenir de l Europe avec dix ans d avance .j espère que voyant cela elle fasse marche ariere et qu il auras une prise de conscience assez forte pour enpecher les catastrophes avenir.pour ma part je ne le pense pas .mais ayons quand même espoir pour nous et surtout pour nos enfant qui eux subiront les plus grand effets indésirable .en tout cas les 35 heures ont subit l effet de la stagnations des salaires.c était la première offensive qui a mener, il faut le constater une partie de la population a croire que travailler plus les épargnerais
    ou leur redonnerais leur pouvoir d achat que les grand groupes en concertations leur a voler.
    moi je craints que tout cela est en faite calculer et préméditer et que comme d habitude l argent qui est en leur faveur facilite des groupes de travaille qui planchent sur des action a cour et long terme pour nous spolier.comme le medef avait des caisses noire pour casser les grèves et alimenter les patrons dans leur campagne de resesions du pouvoir d achat
    en tout cas le choix entreprise par entreprise est un moyen d étouffer les revendications dans de petites boites ou celle ci signifie se faire virer ou brimer et de ne plus avoir d espoir de carrière.cet stratégie a fortement brider déjà les 35 heures prouvant son efficacités il veulent la renouveler pour achever le travaille et sans l annoncer, tuer les 35 heures alors prier ou lutter .il vaut mieux mourir debout que vivre a genoux

    RépondreSupprimer
  2. Dire que le choix de négocier entreprise par entreprise est un moyen d'étouffer les revendications, est très juste. Ils veulent en finir avec les 35 heures et la durée légale du travail.
    C'est pour ça qu'il faut être nombreux dans la rue ce mardi 17 juin

    RépondreSupprimer
  3. Il faut se battre pour que tout cela cesse, à tous les niveaux.

    RépondreSupprimer
  4. Ne trouvez vous pas bizarre que les organisations syndicales aient autant de mal à communiquer...? Pourquoi cette journée du 17 juin est-elle si peu médiatisée ?
    Le conseil des ministres du 18 juin prendra t-il en compte les revendications des manifestants et personnels en grève dans le public et le privé ?
    Nous en reparlerons demain soir !

    RépondreSupprimer
  5. Je n'y avait pas pensé, c'est vrai! L'intérêt de ne pas s'attarder sur cette journée est évident. mais on verra ce soir,ce qu'à donné cette journée...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !