De la privatisation de la poste, de Bétancourt libre aux 35 heures à l'Assemblée, semaine 27, que se passe-t-il en Sarkosie ?

Le fait marquant de cette semaine est bien sûr(cliquez sur le titre pour lire la suite...) la libération d'Ingrid Bétancourt. C'est le genre d'information qui nous rappelle quelles sont les valeurs et les priorités à défendre, quand le quotidien morose de nos vies est finalement dérisoire par rapport à ce qui est essentiel, comme la liberté.

Je ne voulais pas en parler, mais la polémique soulevée par la Droite et certains "has been" du PS m'oblige à prendre position moi-même et à critiquer le fait qu'effectivement, en dehors du travail diplomatique (normal) du président de la république, force est de constater que N.Sarkozy n'y est pour rien dans la libération d'Ingrid Bétancourt.
Effectivement il serait anormal que N.Sarkozy soit présenté comme le défenseur de la liberté, alors même qu'elle est entravée dans tous les domaines de sa politique (liberté du droit de grève, liberté d'opinion, non respect du dialogue social, etc...).
Jean-Louis Bianco défend Ségolène Royal : "cette polémique est ridicule et indécente parce que Ségolène Royal est, pour certains de ses camarades socialistes et la Droite, l'adversaire à abattre".
Julien Dray a appelé à faire cesser "critiques et attaques".
Je rappelle ici la déclaration de Mme Royal en déplacement au Québec : "tout le monde le sait, c'est un opération colombienne rondement menée qui a bien marché, qui prouve que les négociations avec les Farcs étaient inutiles et n'avaient débouché sur rien", précisant qu' "une récupération politique serait décalée".

C'est à chacun de se faire une opinion, moi personnellement, je trouve que Mr Sarkozy aura bien assez à faire dans les domaines de la politique étrangère et européenne pour se voir affublé en plus d'une mission humanitaire.

La libération D'Ingrid Bétancourt fait la Une de l'information, et c'est bien normal ; mais dans le même temps il ne faut pas oublier de communiquer sur d'autres sujets qui concernent l'intérêt collectif tels que la privatisation de la Poste et de l'allongement de la durée légale du travail.

Sous couvert de la libéralisation totale du marché du courrier en 2011, la Poste deviendrait une SA (Société Anonyme), société privée. La mise en concurrence de la Poste nécessite-t-il la privatisation de ce service public ?
Après la privatisation d'EDF, alors que Sarkozy avait promis le contraire, c'est au tour de la Poste de subir le désengagement de l'Etat.

Le projet de loi sur la rénovation de la démocratie sociale comporte un volet sur les 35 heures, qui a été abordé ce mercredi 02 juillet à l'Assemblée Nationale. Le texte de X.Bertrand donne la possibilité de négocier, entreprise par entreprise, le contingent d'heures supplémentaires jusqu'à... 405 heures par an ! Cela représente plus de 10 heures supplémentaires par semaine, ce qui porte la durée de travail à un maximum de 48 heures par semaine.
C'est une remise en cause sans précédent de la durée légale du travail, sous couvert de l'assouplissement des 35 heures ; on permet de revenir aux conditions de travail obtenues en avril 1919, où la loi sur la journée de 8 heures est acceptée par le Parlement (8 heures par jour, 6 jours sur 7, soit les 48 heures hebdo de l'époque).

La semaine 27 en France sous le règne de Sarkozy, Président de la République française et nouveau Président de l'Union Européenne, à 1400 jours de la présidentielle de 2012, c'est une semaine où des changements importants du modèle social de notre pays sont débattus, négociés voire détricotés dans notre dos (sans l'aval des français)... Par contre tout le monde a sa petite idée sur la polémique des déclarations et réponses aux propos de Mme Royal, seule réelle opposante audible (trop?) à Mr Sarkozy !

Commentaires

  1. Le PS dort-il? en tout cas, Ségolène Royale a bien raison de dire ce qu'elle pense et ce que pense tout bas les personnes qui ont bien compris que Sarko se sert de tout ce qui passe à sa portée pour se faire de la pub. et pendant ce temps, on oublie effectivement la casse sociale.
    Les français seraient-ils alzheimer ?
    Ingrid Betancourt est libre mais pas nous. Nous battons tous les records de l'Europe pour le non-respect des droits de l'homme compte tenu du fait qu'ils sont nés en France. J'ai des doutes sur la suite.
    Il reste encore tant de temps à tenir..

    RépondreSupprimer
  2. Oui j'ai l'impression que la France pays des droits de l'homme, perd ses repères sous l'influence des méthodes de Sarkozy.
    Les libertés et rigueurs sociales éprouvées, forcent chacun d'entre nous a se demander ce qui est acceptable ou pas pour notre société, sauf que, là, sarkozy nous impose son programme sans aucune concertation...au nom d'une élection présidentielle gagnée qui lui donnerait tous les droits de modification, du fonctionnement de notre pays.
    Son omni-présence fait peser la volonté d'un seul homme sur tout un pays !
    Il est vraiment temps que l'on clarifie à travers l'établissement d'une 6éme république, nos institutions et le rôle du président !

    RépondreSupprimer
  3. C'est clair mais pour cela, il faut changer de président et élire quelqu'un qui aura le vrai sens des responsabilité vis-à-vis des français.

    RépondreSupprimer
  4. L' ump veut nous faire croire que sarko est un heros ! lors qu' il n' as rien fait ! Sarkozy veut nommer le président de France Télévisions. Cela me choque. Le président ne peut pas tout décider et tout contrôler !!! Vivement que l' opposition se reveille et quel soit plus ferme avec sarko et sa clique !!!!
    +5 a bientot bonne continuation ...

    RépondreSupprimer
  5. @ Christie et cédric,

    Après l'image d'un humanitaire, revoici Mr Sarkozy dans son rôle de prédilection, de provocateur !

    Effectivement, ce monsieur n'a rien trouvé de mieux que de se faire applaudir par plus de 2000 cadres du parti UMP, ce samedi, en déclarant très amusé que "Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit"

    C'est pourquoi, il serait anormal que N.Sarkozy soit présenté comme le défenseur de la liberté (rapport à I.Betancourt), alors même qu'elle est entravée dans tous les domaines de sa politique (liberté du droit de grève, liberté d'opinion, non respect du dialogue social, etc...).

    "Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit" c'est une phrase qui va rester dans les mémoires !!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !