Accéder au contenu principal

Jour de Rigueur en Sarkosie

Voila donc encore un article qui traite de plusieurs sujets différents... Le fait est que le gouvernement a accéléré le rythme des réformes afin de solder une période de un an, où il aura fallu commencer à donner des réponses aux fausses promesses de Sarko, et fournir des explications au manque de résultats de sa politique. C'est pourquoi il y a des journées comme ça, où annonces et décisions en tout genre font la une des médias.(cliquez sur le titre pour lire la suite...)

Rigueur : La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, vient de confirmer l’existence d’un plan d’économies pour la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) de 4 milliards d'euros, qui devrait être dévoilé fin juillet. Les déclarations du directeur de la Cnam sur les affections de longues durée (ALD) était donc bien un pavé dans la mare, pour annoncer une nouvelle vague de déremboursements.
Le parti socialiste a pourtant proposé à Mme Bachelot comme le recommandait le Premier Président de la Cour des comptes, de répondre aux carences budgétaires de l'assurance maladie, en travaillant sur l’idée d'une taxation des stocks-options. Je suis assez d'accord avec cette position, l'assurance maladie doit pouvoir trouver d'autres sources de financement et de justice sociale.

Service public : Après 11.200 suppressions de postes en 2008, le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos révèle que 13.500 devraient suivre à la rentrée 2009.
Les suppressions de postes dans l'éducation pour 2008 ont commencé et concerne des administrations, des associations, des structures culturelles, sociales, des services médicaux dans toutes les écoles du territoire. C'est là aussi un désengagement important de l'état dans sa mission ! Le non remplacement des départs à la retraite va donc faire baisser les effectifs, mais selon Mr Xiavier Darcos, cela permettra une meilleure gestion, pour dégager des marges de manœuvre dans l’Education nationale !??? Mais de qui se moque t-on ?

Durée du travail : L’Assemblée nationale a adopté ce mardi, en première lecture, le projet de loi sur la rénovation de la démocratie sociale. Un projet de loi dont le volet sur la réforme du temps de travail est dénoncé par les syndicats et la gauche, qui y voient une «dérèglementation» et une «régression sociale». Ce projet de loi, doit être examiné par le Sénat, pour une adoption définitive du texte programmée aux alentours du 25 juillet.
Cette loi va permettre de négocier la durée de travail entreprise par entreprise en dérogeant aux obligations jusqu’ici fixées par les branches ! Cela va créer des inégalités entre salariés. En permettant d'effectuer des heures supplémentaires dans une limite de 405 heures contre 200 aujourd'hui, on permet de travailler jusqu'à 48 heures par semaine, en moyenne sur l'année.
L’opposition et les syndicats ont accusé le gouvernement de «trahison».

Réforme des institutions : le PS votera contre : Montebourg a violemment critiqué le refus de l’exécutif de décompter le temps de parole du président dans les médias audiovisuels, principale exigence du PS avec une modification du mode de scrutin des sénateurs. «Le contrôle des médias publics plus le quasi-monopole du temps de parole», c’est la «violation des principes républicains», a-t-il lancé, dénonçant «une ambiance quasi poutinienne».


Rigueur sur la santé, 25000 suppressions de postes dans l'éducation nationale pour 2008-2009, retour à la durée de travail de 1919, avec une réforme des institutions avortée, qui a besoin de l’approbation des trois cinquièmes des parlementaires pour être adoptée, voilà donc un programme politique qui d'après moi, n'est que rigueur et retour en arrière sans grandes perspectives de résultats.

Commentaires

  1. La rigueur est belle et bien présente.
    Les riches ont tout pour eux.
    Nous les malades nous devons payer les franchises. Depuis peu, les allocations familiales ont baissé. Faites des enfants, Sarko vous le rendra.
    53% ont pourri notre vie.
    C'est dommage. Ils se sont fait avoir!!!

    RépondreSupprimer
  2. Salut philippe,

    C'est sûr que certains (des 53% qui ont voté Sarkozy) se sont bien fait avoir et ont malgré eux voté contre leur interêt...la rigueur touche les plus fragiles d'entre nous en payant franchises médicales (bouclier sanitaire maintenant) et rigueur budgétaire, pour financer une politique qui profite aux plus aisés.
    Comme tu dis c'est bien dommage.
    Merci de ton passage.
    A+ stef

    RépondreSupprimer
  3. Et ce n'est sans doute pas fini..
    On se moque y compris des UMPistes mais tant pis, ils n'avaient pas compris.. maintenant, ils savent..
    Je crains pour les plus faibles, ça me rends malades,vraiment..
    bonne journée Steph..
    Bises à Mimile..

    RépondreSupprimer
  4. La rigueur peut être une bonne chose si elle permet de trouver une situation plus saine, mais là c'est désengagement de l'état, déremboursement et affaiblissement de la protection sociale...il faudra vite se mobiliser dès septembre prochain lors des manifestations et grèves de la rentrée dores et déjà prévues.
    Merci de ton intérêt christie. A+

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…