Accéder au contenu principal

1 an après le vote de la loi dite "paquet fiscal", nous payons la facture !

Le jeudi 16 Août 2007 était validé par le conseil constitutionnel, la loi dite "paquet fiscal"(cliquez sur le titre pour lire la suite...)

Les Sages du Palais royal avaient été saisis par les parlementaires socialistes sur ce projet de loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat, adopté définitivement le 1er août 2007.

Ces derniers leur avaient demandé de censurer les articles 1 (sur les heures supplémentaires), 11 (sur le bouclier fiscal) et 16 (exonérations d'ISF pour les investissements dans les PME).

Le Conseil avait jugé ces articles conformes à la Constitution.

Le gouvernement de N.Sarkozy a souhaité appliquer une politique clientéliste, en effectuant des cadeaux fiscaux qui amputeront les recettes de l'état de 15 milliards d'euros par an. Cette politique de relance économique par spéculation sur la bonne santé de la bulle financière n'a donc pas permis de dégager une situation propice à la croissance, mais a installé le pays dans un climat de récession.

Le numéro un socialiste François Hollande avait mis en garde officiellement, dès le 18 Août 2007 contre la "facture"de la politique Sarkozy qui va, selon lui, être présentée aux Français : Cette facture prendra la forme, des franchises médicales, de "la TVA dite sociale, en fait anti-sociale" et de "la contribution qui va être imposée sur tous les Français, compte tenu du déficit de la sécurité sociale, la CRDS" (Contribution au remboursement de la dette sociale).
Nous n'étions pas si loin de la vérité, puisque depuis les franchises médicales sont une réalité.

Analysant la "rupture" prônée par le nouveau président, M. Hollande avait distingué la rupture de langage - "c'est lui qui parle, et présider, pour lui, c'est parler" - et de la pratique institutionnelle : "Il n'y a plus de Premier ministre, plus de gouvernement, c'est lui qui décide."
Quant au style, "il essaie toujours d'être dans le fracas, dans l'annonce, dans l'incantation, c'est le coup d'éclat permanent. Il y a une forme d'exhibition, et nous sommes tous des voyeurs même si nous n'avons rien demandé".

Voir sur le sujet :

Le conseil constitutionnel au service de l'état...?....du citoyen...?


Hollande met en garde contre la "facture" de la politique Sarkozy

Commentaires

  1. 1 an déjà...et un manque de perspective certain !

    RépondreSupprimer
  2. Un manque de perspective... ça c'est certain ! On se demande où tout cela va nous mener et dans quel état sera la France.
    A+ stef

    RépondreSupprimer
  3. Une solution: cultiver l'espoir pour les plus faibles d'entre nous pour les aider à tenir.. Même si la libération parait lointaine et utopique...

    RépondreSupprimer
  4. Exact, il faut garder espoir, ce n'est pas la première année où un gouvernement se plante de stratégie pour la France et il faut continuer à croire qu'une autre politique est possible.

    Ce qui est très dérangeant, c'est cette main mise du clan Sarkozy sur la France. Cette connivence affichée entre le pouvoir de droite, le pouvoir médiatique et le pouvoir financier qui aboutit à une totale désinformation.

    Sommes nous satisfaits de la politique du gouvernement ?

    Apparemment oui, puisque ce sont les socialistes qui manquent de propositions et de perspective pour la France selon les sondages et le pouvoir médiatique..?.??
    J'en ferais un billet prochainement !

    En tout cas pour moi, la loi Tepa dite "paquet fiscal" en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat, qui était validé par le conseil constitutionnel il y a un an (le 16 Août 2007) n'apporte pas les solutions aux attentes et préoccupations des Français.

    RépondreSupprimer
  5. Les lois actuelles ne sont pas faites pour les salariés aujourd'hui.. C'est une évidence. Tout est fait pour donner aux plus nantis sous couverts de réformes et de modernisme mais en réalité c'est pour mieux soumettre le peuple.. Nous retournons en esclavage.. mais nous avons besoin d'espoir pour lutter et tenir jusqu'à ce qu'un changement puisse avoir lieu.. la roue tourne toujours, soit dans un sens, soit dans l'autre...

    RépondreSupprimer
  6. oui christie les lois actuelles ne sont pas faites pour les salariés...et même pas pour relancer l'économie du pays.
    Mr Fabius précise ce jour dans libération.fr qu'une partie du paquet fiscal doit être annulé pour faire face à la crise et retrouver des marges de manœuvre pour relancer l'économie, par des mesures nouvelles.

    L’ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius a estimé ce lundi qu’il y avait «bien sûr un risque de récession» en France et il a demandé au gouvernement d’annuler «une partie du paquet fiscal» pour faire face à la crise.

    «On ne peut pas reprocher à M. Sarkozy la conjoncture internationale, bien sûr, mais on peut lui reprocher d’avoir dilapidé tout ce qu’on avait», a affirmé M. Fabius sur RTL, en jugeant qu’il y a «bien sûr un risque récession» en France.

    «On est en difficulté plus grande» que les autre pays européens, «notamment parce que budgétairement on a gaspillé tous nos moyens», a-t-il ajouté.

    Selon le député PS de Seine-Maritime, le gouvernement doit «annuler une partie du paquet fiscal pour pouvoir donner un peu d’air, notamment sur les dispositions sociales» et, surtout, la France doit prendre «l’initiative d’un grand programme, en particulier énergétique», au niveau européen.

    «Ca permettrait de redonner un supplément de croissance et d’éviter la récession», a-t-il expliqué. En tant que président de l’Union européenne, Nicolas Sarkozy doit «lancer un grand programme dans cette direction, c’est absolument essentiel», a insisté l’ancien ministre de l’Economie.

    Selon lui, «augmenter le déficit budgétaire ne relancerait rien du tout» et la France dans ce domaine a «déjà crevé le plafond»

    Interrogé sur les propos de la ministre de l’Economie évoquant un redémarrage de la croissance au 4e trimestre, il a jugé qu’avec Christine Lagarde c’est «tout va très bien Mme la marquise»

    «La croissance va être autour de 1% cette année, ce qui est extrêmement faible, l’inflation est haute, le déficit commercial est catastrophique, les PME sont en difficulté, les comptes publics sont au rouge. Si on trouve que c’est bien!», a-t-il lancé.

    Je peux vous assurer qu'ils n'ont pas fini d'en entendre parler !!!

    Nous de notre côté, nous essayerons de relayer un maximum d'informations sur le sujet et surtout les contre propositions du Parti socialiste.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, il faut relayer les contre propositions, on n'en entend pas assez parler...

    RépondreSupprimer
  8. Le PS formule évidemment des contre propositions... malheureusement elles ne sont pas relayées par les médias. Allez savoir pourquoi.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…