Accéder au contenu principal

Gauche(s) et socialisme(s)


Où en sommes nous des forces en présence ? Quelles sont les différences idéologiques au sein du parti socialiste ? Quelles motions ? En bref, Quel leader pour quel parti ? (cliquez sur le titre pour lire la suite...)

Après l'annonce sans surprise de la candidature de Bertrand DelanoË, François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste, revient sur ce qui pour lui sont les ingrédients d'un congrès réussi:
"Il nous faut définir une orientation, une stratégie, un programme de travail qui suppose la constitution d’un pôle central au PS. Le Parti socialiste a besoin d’une direction forte pour lui donner la dynamique indispensable. Ce pôle doit se former à partir de quatre éléments. D’abord, une réponse crédible au libéralisme à un moment où l’intervention de la puissance publique, la régulation écologique et la solidarité sont d’une brûlante actualité dans la crise actuelle. Ensuite, une conception du parti, avec un enjeu : savoir si une formation politique est utile ou si, au contraire, en laissant place aux seuls comportements individuels, elle devient une coquille vide. Troisièmement, la recherche d’un rassemblement de la gauche autour d’un projet commun. Enfin, un mode d’opposition efficace à Nicolas Sarkozy."

Face à une extrême gauche qui se rassemble autour du NPA (nouveau parti anticapitaliste) lancé par O.Besancenot, formation politique qui succèdera à la LCR (ligue communiste révolutionnaire) , le parti socialiste n'a pas à rougir de son positionnement idéologique, qui rassemble les différents courants de la gauche en un mouvement politique pragmatique, réaliste et qui prend ses responsabilités dans les propositions et solutions à apporter aux problèmes du pays.

Derrière la dénomination "la gauche" se cache en réalité une multitude de courants idéologiques qui s'affrontent. Il n'y a pas une gauche, mais des gauches.
Si les valeurs de ces gauches sont les mêmes, les politiques qui amènent à faire respecter ces valeurs et les approches idéologiques ne sont pas du tout les mêmes !

Il y a :
-l'extrême-gauche qui rejette la société capitaliste, s'oppose, critique, dénonce, mais on se demande toujours où elle veut nous emmener et quelles sont ses propositions ? Quelles alternatives ?
-une gauche réformiste, partisane d'une économie de marché régulée par la puissance publique

Les divisions idéologiques peuvent surprendre lorsqu'elles sont présentes au sein d'un même parti. C'est ce qu'il se passe au Parti socialiste ou plusieurs courants s'affrontent depuis des années mais de manière plus virulente depuis la défaite de Ségolène Royal à l'élection présidentielle.

Quand on en discute autour de nous, toutes tendances politiques confondues, on se rend conpte que les français souhaitent un parti socialiste moderne avec des idées plutôt socio-libérale et des alliances avec le centre. Mais si on en parle avec des militants ou des sympathisants de gauche, on voit que la gauche traditionnelle l'emporte.

En réalité, l'opposition entre ces deux gauches reflète les contradictions de l'opinion.
Les Français savent que la réduction des déficits publics est indispensable (gauche sociale-démocrate) mais dans le même temps, ils refusent qu'on diminue le nombre de fonctionnaires pour maintenir un service public de qualité (gauche traditionnelle). De même, les Français s'inquiètent des déficits de la sécurité sociale mais ils contestent l'allongement de la durée du travail pour financer les retraites. Ils acceptent l'économie de marché mais ils craignent la mondialisation.

Le Parti socialiste a la problématique de devoir rassembler ces différents courants de gauche, pour faire gagner la gauche !
C'est à chacun de prendre ses responsabilités et de voir en premier lieu l'intérêt du peuple Français.
Le PS est en pleine rénovation et n'a pas à rougir de son positionnement idéologique qui est clairement identifié social-démocrate depuis la déclaration de principe.
Les différents candidats au poste de premier secrétaire du PS l'ont tous reconnu.
DelanoË, Royal, Aubry sont donc des socialistes réformistes (gauche social-démocrate) défendant les mêmes idées avec très peu ou pas de différences sur le fond.
Reste à savoir pour le peuple de gauche si il veut croire aux balivernes d'une extrême gauche populiste sans alternative ou à une gauche capable de proposer une alternative sérieuse à la droite et à la politique de Sarkozy.

Commentaires

  1. Oups, j'avais zappé cet article.

    Trouver la voie qui répond à tout le monde est difficile. Il faudrait réunir l'ensemble de la gauche et pour cela chacun doit mettre de l'eau dans on vin ou son ambition pour le bien "général". Et c'est cela le plus difficile.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…