Accéder au contenu principal

Quels projets pour la France ?

67% des sondés ifop ne sont pas d'accord pour dire que "le PS a un projet pour la France" et Mr Fillon n'a pas de plan de relance pour la France !?!
Alors comment fait-on ? Et quand ? (cliquez sur le titre pour lire la suite...)

Les français ne font plus confiance au seul parti d'opposition capable de gouverner et attendent du gouvernement actuel qu'il respecte ses engagements. A les écouter, il faudra attendre la fin de la législature pour voir peut être les résultats de leurs politiques. En attendant, la situation empire et l'immobilisme de nos gouvernants agace...Comment comprendre, alors que tous les voyants économiques sont aux rouges, que rien ne soit mis en oeuvre ? Mr Fillon nous explique que seules les réformes structurelles sont la réponse.... Mais quelles réformes ? Quelles propositions ?

Le problème est que Mr Fillon manque de courage pour nous dire la vérité. Puisque la loi Tepa dite "paquet fiscal" coûte 15 milliards d'euros par an, le gouvernement de Sarkozy n'a plus de marges de manoeuvre pour relancer l'économie en crise, comme sont en train de le faire les Espagnols en injectant 20 milliards d'euros dans l'économie nationale, au travers d'aides au financement pour les PME, la construction de logements sociaux, la facilitation de projets de grands travaux.

Mr Fillon dit : «Nous devons garder le cap de redressement de nos finances publiques. L'Etat doit être plus attentif aux dépenses et à avoir à terme une situation plus favorable à l'activité, en permettant d'avoir moins de prélèvements obligatoires.»
Mais de qui se moque t-on ? Non seulement ce nouveau gouvernement a mis en place une politique clientéliste de défiscalisation au travers d'une politique économique qui n'apporte pas de résultats, mais en plus, cette politique n'a pas permis un acroissement de l'activité, mais une diminution des rentrées fiscales et une augmentation des déficits budgétaires français.

Pourtant, on nous avait promis beaucoup !

Voilà ce que l'on peut lire sur le site de l'assemblée nationale : "Extrait du compte rendu du Conseil des ministres du 26/09/2007. Le ministre du Budget :"De manière prudente, le projet de loi de finances est construit sur une fourchette de croissance comprise entre 2 % et 2 ½ %, avec un point médian à 2¼ %. Le Gouvernement a pour objectif que la croissance atteigne ou dépasse la borne supérieure de cette fourchette dès 2008, grâce au dynamisme de la demande intérieure et aux réformes structurelles mises en œuvre"
Mais de quoi parle t-on ? Pour ce qui est du dynamisme de la demande interieure, c'est loupé...Pour ce qui est des réformes structurelles, on n'a donc une loi Tepa, seul plan significatif de relance économique qui au dire des experts économistes est un plan coûteux et peu efficace. Ce plan qui devait selon Mr Sarkozy nous permettre d'aller chercher ce point de croissance en plus ("avec les dents")...

Ou alors, on parle peut être des quelques mesures minimes, dont le premier ministre a parlé quand il a indiqué avoir demandé à la ministre de l'économie d'«accélérer l'adoption des décrets d'application de la loi de modernisation de l'économie». Et notamment les mesures pour réduire les délais de paiement et «simplifier la vie des PME» en favorisant leur accès au crédit. Si on parle de ça,on est mal barré !

Et le PS, quel projet ?

"Ce paquet fiscal, nous y revenons à chaque fois parce que c'est une erreur grave", "ça n'a servi à rien et ça a coûté très cher", dit M.Sapin, le secrétaire national à l'économie du PS.
Si on connait bien maintenant les tenants et les aboutissants de la politique du gouvernement, les français connaissent-ils vraiment le projet socialiste pour la France ?
Je reviendrais surtout sur le projet économique :
le projet entend relancer le pouvoir d'achat par une revalorisation du SMIC, une conférence nationale tripartite à la suédoise pour rétablir la part des salaires dans la valeur ajoutée et une réforme fiscale devant mettre en chantier la fusion de tous les prélèvements assurant le financement des prestations universelles en un impôt citoyen sur le revenu à la nordique afin de réhabiliter l'impôt progressif et la solidarité nationale.
Il propose dans le même sens de remplacer les cotisations patronales par une contribution sur la valeur ajoutée, celle-ci faisant participer les profits aux financements des dépenses sociales.
Il remet en chantier la politique industrielle à travers l'ouverture du débat sur le statut des entreprises stratégiques et celles assurant une mission de service public. Il remet sur pied la réduction du temps de travail et réaffirme le principe d'un droit du travail centré sur la primauté du CDI, assorti d'un droit à la formation professionnelle tout au long de la vie.

Un tel projet est un programme minimum qui peut être de nature à rassembler toute la gauche.

Commentaires

  1. Une revalorisation du SMIC semble en effet incontournable pour une hausse notable du salaire réel (donc du pouvoir d'achat).
    Quant aux impôts et aux taxes, je crois qu'il serait bon de reconsidérer la TVA qui est, rappelons-le, l'impôt le plus injuste, le plus inégal (par exemple, sur un kilo de tomates, tout le monde paye la somme...)

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement que le PS existe !
    Il faut un programme à gauche qui soit réaliste avec des propositions concrètes.

    RépondreSupprimer
  3. @ Gavroche et spleen bucolique

    La baisse de la Tva sur les produits de premières nécessités est envisagée par le PS depuis fin Novembre 2007...

    @Serge

    Merci de ton soutien, le PS ne peut exister sans l'appui de toute la gauche...A nous de convaincre !

    RépondreSupprimer
  4. Sûrement mon dernier +5 pour ton blog car je n'ai + de temps pour booster :-(
    Petite explication dans mon 1er article.
    Bonne continuation et merci.
    @u revoir.
    Mamandejohanetlauryne.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…