Accéder au contenu principal

Le RSA est un mauvais dispositif ! (billet n°2)

Le projet de loi sur le RSA est présenté aujourd’hui au Conseil des ministres. (cliquez sur le titre pour lire la suite...)

La volonté du gouvernement est d'aller vite sur ce dossier, car ce type de réforme impose six mois entre le moment où le projet de loi est voté et le moment où il est mis en application. Il faut donc que celui-ci soit voté avant la fin de l'année pour une application en Juillet 2009.

J'ai déjà eu l'occasion de dire ce que je pensais d'un tel dispositif, qui veut que l'on face appelle à la solidarité nationale pour inciter des entreprises à employer un demandeur d'emploi indemnisé par le RMI

Concrètement, si quelqu'un qui touchait 100 euros de RMI reprend un travail payé 100 euros, il pourra rajouter à son salaire une part de 38 euros de son ancienne allocation. Soit 38% de revenus de solidarité.

Je m'étais interrogé déjà : Comment comprendre qu'il faille une fois de plus, assister une entreprise sur le paiement des salaires qu'elle octroie à un salarié nouvellement recruté dans son entreprise ? On favorise une fois de plus le financement des bas salaires.

Je lis aujourd'hui : Thomas Piketty dans sa chronique des pages Rebonds de Libération, il met en cause les expérimentations dans les départements, dont il estime qu’elles n’ont «pour l’instant trouvé aucun effet statistiquement significatif».
Autre reproche fait à la réforme de Martin Hirsch : en rendant le temps partiel plus attractif, le RSA va encourager la précarité. Auteur de «La machine à exclure. Les faux-semblants du retour à l’emploi», la sociologue Noëlle Burgi (CNRS), craint qu’il «institutionnalise un second marché du travail basé sur le précariat» et qu’il «stigmatise les mauvais pauvres, tous ceux qui ne trouveront pas de travail en raison de problèmes de transport ou de garde d’enfant». Une récente étude de la Dares (ministère du Travail) montre que bien souvent, l’incitation financière ne suffit pas à lever ces obstacles.

En attendant, cela va coûter 1,5 milliards d'euros par an pour un retour à l'emploi qui concernerait 100000 rmistes, la bonne nouvelle est que le demandeur d'emploi concerné va effectivement voir sa situation personnelle s'améliorer, mais il ne faut pas perdre de vue que c'est avant tout l'entreprise qui bénéficie une fois de plus d'un dispositif qui l'exonère de payer convenablement un salarié.

Je conclurai comme précédemment et dire que si Mr Sarkozy ne perd pas une occasion de rappeler que les demandeurs d'emploi sont des assistés, il ne faut pas oublier de dire que les entreprises sont de plus en plus assistées pour sous-employer les salariés Français.

Commentaires

  1. Avec mon gamin, je ne vois comment je pourrais m'organiser si je devais entrer dans un tel processus. Ce serait trop compliqué..

    RépondreSupprimer
  2. Il n'a pas assez de force dans les maisn pour ouvrir la porte de l'appartement, rien que ce détail.. et ça complique les choses...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…