Les heures sup favorise le chômage


Il est légitime de se demander si, en augmentant le volume horaire de chaque salarié, on ne favoriserait pas la stagnation des chiffres du chômage, voire même si ce n'est pas la raison principale de l'augmentation des chiffres du chômage depuis Juin...

Car malgré la théorie de la droite qui nous explique depuis le passage au 35 heures, que le travail n'est pas un gâteau que l'on partage, on constate des corrélations entre le volume de destruction d'emplois et le recours aux heures sup sur la même période. (cliquez sur le titre pour lire la suite...)

Plus que les statistiques mensuelles du chômage, ce sont les chiffres de créations et de destructions d'emplois qu'il faut observer :
Pour la première fois depuis quatre ans, l’économie française a ainsi détruit plus d’emplois qu’elle n’en a créés. Un solde négatif (- 12 200 emplois dans le secteur marchand), provoqué par la chute du travail temporaire, qui a vu disparaître 60 500 postes de travail au deuxième trimestre. Du jamais vu depuis dix ans, selon les chiffres de l’Unedic. Coïncidence ou non, cette forte baisse de 8,5 % de l’intérim au deuxième trimestre est concomitante à l’augmentation de 6 % des heures supplémentaires sur la même période (+ 22 000 emplois équivalent temps plein).

De plus, Les chiffres du chômage sont mensuels alors que ceux sur les heures sup sont trimestriels, ce qui évite les comparaisons qui pourraient déranger !

Commentaires

  1. C'est en instaurant la peur du chômage que l'on réduira les employés au rang d'esclaves.. ainsi on peut faire ce que l'on veut. Cela s'appelle gouverner par la peur.

    RépondreSupprimer
  2. C'est clair qu'il n'y a pas une volonté affichée de baisser réellement les chiffres du chômage, puisque on favorise les heures sup et que ça n'a pas d'incidence sur la création de nouveaux emplois.

    RépondreSupprimer
  3. le temps de travail n'est pas un gâteau qu'il partage... mais que partage t-il ?

    RépondreSupprimer
  4. Ben pas grand chose Serge...:(
    D'après les analystes, le volet sur les heures sup de la loi Tepa, n'a pas permis de gagner le point de croissance recherché, mais a en plus couté cher pour pas beaucoup de résultat.
    C'est plutôt la soupe à la grimace depuis 1 an... comme on dit chez nous : 1 an de Sarkozy, 1 an d'illusion, 1 an de régression

    RépondreSupprimer
  5. les entreprises au lieux d embaucher avait recourt aux interimes.sarkozi a fait mieux il defiscalise les heures sup ,plus questions d embaucher des personnes former pour palier a la charge .voila des personnes qualifier a moindre cout ,ces employers qui donnent leur samedi pour une entreprise de plus en plus dévorante. le slogan travailler plus gagner plus.je me demande s il n'ont pas vraiment un intérêt a que notre pouvoir d achat chute et nous force a travailler plus.leur machine est en route et ils se moquent de la popularité de leur pantin aveuglé par le pouvoir.les grands groupes ,le medef sont en trains de placer leurs billes avec un grand sourire.honte aux ouvrier qui ont voter pour lui et aux idiot qui y ont cru.les français sont vraiment crédule ,les médias agissent comme une méthode d un gourou qui lavent leur cerveaux d égoïste ,qu' il meurent en enfer cent fois en attendant 2012

    RépondreSupprimer
  6. @ kalash,
    La mitrailleuse est de retour:))
    Et ton analyse reflète bien la réalité, puisque les intérêts du "clan" Sarkozy (les employeurs, le medef, les très très riches...)sont défendus jusqu'au sein du gouvernement (voir l'affaire Clavier dernièrement)... Une politique clientéliste qui se souci peu de l'égalité des droits mais qui favorise plutôt la performance individuelle, les heures sup en sont un bon exemple.
    Merci de ton passage.
    a+

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !