Accéder au contenu principal

Crise financière : manipulation gouvernementale ?



Dans l’émission "C dans l’air" du Mercredi 1er octobre, Marc Fiorentino, Président fondateur d’EuroLand Finance, une société de Bourse, et éditorialiste sur la radio BFM et au journal La Tribune, nous explique clairement que le gouvernement manipule l’opinion en la faisant paniquer. (cliquez sur le titre pour lire la suite...)

La raison de cette manipulation est de tenter de mélanger deux crises bien distincte en une seule, pour cacher les insuffisances de leurs politiques et se dédouaner par avance, d'un échec futur de leur politique.

Car il y a deux crises bien distinctes :

-Celle de la crise économique Française qui sanctionne les mauvais résultats de la politique économique du pays à savoir dans les domaines de l'emploi, du pouvoir d'achat, du dynamisme de nos entreprises (balance commerciale), des dispositions permettant de créer les conditions de la croissance etc...
-Et celle de la crise financière, qui touche les marchés boursiers, et les marchés des crédits d’un pays ou d’un groupe de pays.

Les voyants économiques Français sont dans le rouge depuis l'époque où le gouvernement affirmait encore que la crise financière internationale n'aurait pas de conséquences pour notre pays.
Il est question dans la vidéo ci-dessous de rappeler que même si effectivement une crise financière ne concerne dans un premier temps que les marchés financiers, son aggravation conduira à des effets néfastes sur l'économie réelle, entraînant une crise économique, voire une récession ; il ne faut pas oublier de préciser que la crise financière dans notre pays est minime alors que la crise économique résulte de mauvais choix dans la politique gouvernementale !


Le gouvernement Sarkozy aurait-il intérêt à sur-dramatiser la situation pour se dédouaner de leur échec futur ?

Commentaires

  1. La crise à bon dos et bizarrement c'est comme s'ils ne savaient pas qu'elle allait arriver.. Mon oeil, non??

    RépondreSupprimer
  2. ça critique, ça critique... la gauche est douée pour ça !

    RépondreSupprimer
  3. @ Christie : bien sûr qu'elle était prévisible cette crise, et qu'en attendant, ils se sont dépêchés d'appliquer leur politique clientéliste... Au lieu d'être prudents au niveau du budget...

    @ Pro Sarko : la politique du gouvernement est critiquable, inadmissible, alors OUI on critique. Mais on propose aussi, la première chose à faire serait d'annuler la loi TEPA, au moins en partie, histoire de récupérer quelques milliards, ce qui serait pas de trop en ce moment...

    RépondreSupprimer
  4. Hé oui comme toujours la peur permet aux gouvernements de manipuler la population à sa guise (sans parler de conspiration je ne soutient pas de telles thèses.),de plus le gouvernement sarkozy va assurément mettre sur le dos de la crise ses résultats désastreux, il y a toujours une solution et surtout toujours un coupable, il s'agit juste de désigner le bon...
    Hé oui la crise était prévue depuis plus d'un an,
    "http://www.lepost.fr/article/2008/09/30/1277351_cet-economiste-avait-il-tout-prevu-de-la-crise-financiere.html" mais les cris (voir les hurlements) des économistes américains n'ont pas changé grand chose... pourquoi personne ne les a écoutés, là je l'ignore.

    RépondreSupprimer
  5. @ Kalambik

    Je suis d'accord avec toi, il n'est pas question de conspiration mais bien d'une manipulation de l'opinion afin de se dédouaner de l'échec de leur politique économique.
    On le voit bien aujourd'hui avec un second trimestre négatif de croissance, nous sommes bien en récession...comme quoi une crise peut en cacher une autre...

    RépondreSupprimer
  6. Bon déjà, si, ils savaient que la crise allait nous tomber dessus. Tant les subprimes (été 2007) auraient bien évidemment des conséquences en Europe, en particulier en France.
    La preuve, 30 000 foyers ayant contracté un crédit relais sont aujourd'hui menacés d'expulsion, de perdre leur maison, au point que C. Boutin vient de supplier les banques d'être indulgentes (elle peut toujours courir ..)

    Ensuite, la récession, elle n'est pas pour tout le monde.
    En effet, au Mondial de l'Autombolie, les fabriquants de voitures de luxe sont aux anges : leurs caisses à 500 000€ ont toutes trouvé preneur, les carnets de commande sont plein.

    Comme quoi, tout ce pognon qui s'est parait-il volatilisé, eh bien, il est (en partie) dans la poche de certains.

    Mais à nous, les gueux, il nous ait demandé de travailler encore plus pour aider l'Etat - dont les caisses sont vides - à filer du blé aux banques en danger.

    Une dernière chose : la semaine dernière, d'après le Gouvernement nos banques ne risquaient rien. Cette semaine, il faudrait un plan pour que certaines ne plongent pas.
    Va comprendre !
    Sauf que, nous le savions déjà.
    Tant nous n'avons pas oublié que Jerome Kerviel avec la bénédiction de sa direction, a failli faire exploser la Société Générale (5 Milliards de perdu, joli score !)

    On nous prendrait pas un peu pour des cons de catégorie une, par hasard ?

    RépondreSupprimer
  7. @ Philippe Sage: on nous prend pour des cons, oui, et pas qu'un peu... A quand un dîner ? ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…