Accéder au contenu principal

Il faut sauver les salariés de Sandouville !


Les salariés de Renault Sandouville sont une nouvelle fois en grève ce matin pour protester contre les conditions de départ suite au plan de licenciement décidé par l'entreprise. (cliquez sur le titre pour lire la suite...)

C'est à l'initiative du syndicat CGT que les salariés ont bloqué les portes et accès du site Renault Sandouville. On dénonce ici l'indifférence générale et le peu de moyen pour proposer un plan de sauvegarde des emplois du site et le peu de considération du chef de l'Etat qui avait proposé quelques mesurettes pour calmer la grogne des salariés concernés.

Ce qui a été avancé par le chef de l'Etat à l'occasion de sa venue sur le site de Renault, c'est faire profiter les salariés de Sandouville du contrat de transition professionnelle, normalement réservé aux PME, et remplacer les jours chômés par des journées de formation rémunérées à 100%. Ce sont les deux principales mesures annoncées par Nicolas Sarkozy, qui ne rassurent pas quant au devenir des familles concernées.

Comment comprendre qu'en plein contexte de dépenses faramineuses pour résoudre la crise financière, aussi peu de moyens soient déployés pour des salariés qui subissent eux mêmes les conséquences de la récession économique ? Comment comprendre qu'on vienne à la rescousse de ceux qui sont responsables de la crise actuelle, et qu'on laisse certaines victimes sur le bord de la route ?

On le voit bien toute est fait pour sauver les banques et entreprises du CaC40 et rien est fait pour les salariés Français.

Allons Messieurs de la direction Renault et responsables du gouvernement, prenez dons vos responsabilités et n'oubliez pas que Renault est une ancienne entreprise d'Etat qui a fait la richesse de ce pays grâce aux salariés que vous voulez licencier aujourd'hui !

Commentaires

  1. Bien dit.
    Mais ce n'est malheureusement pas la logique des "grands ou riches" de ce monde. que les gens meurent de faim, ils s'en fichent car de toute façon, ils ont besoin de place pour eux et leur enfants.. Désolée d'être cynique!

    RépondreSupprimer
  2. Bah ! Moi je ne me fais pas de soucis pour eux, ils ont la "chance" d'être médiatisés, et risquent d'en tirer profit (je l'espère pour eux)
    Par contre, toutes les personnes licenciées pour raison économique tous les jours, dans de plus petites structures, elles, on n'en parle pas...

    RépondreSupprimer
  3. @ Christie : cynique, mais réaliste...
    @ Safia : chez Renault, leur seule chance d'obtenir qq chose, c'est de poursuivre et durcir le mouvement, car pour le moment le gouvernement n'a pas l'air de vouloir les aider ; pour les licenciements en général, le fait est à mon avis que c'est tellement banalisé et répandu, du coup on en parle moins dans les médias, mis à part les gros plans de licenciements : on laisse les patrons licencier des gens afin qu'ils (les patrons) puissent dégager un chiffer d'affaire toujours plus important... Va falloir que ça change...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…