Accéder au contenu principal

Jospin critique les décisions de Sarkozy face à la crise

L'ancien Premier ministre socialiste Lionel Jospin a estimé ce dimanche que le «fond public d'intervention» annoncé par Nicolas Sarkozy «n'a pas de sens», et a jugé que le gouvernement aurait du adopter la même stratégie que le Royaume uni face à la crise financière.

Lionel Jospin :

Les britanniques participent «au capital des banques. Du coup, ils ont des représentants dans le conseil d'administration des banques et sont en mesure de surveiller le bon emploi de leur argent, c'est-à-dire de l'argent des contribuables»

«En France la décision prise par Nicolas Sarkozy et le gouvernement consiste à prêter aux banques et non pas à participer au capital. Du coup (...) nous prêtons avec un moindre degré de garantie et de contrôle»

«L'idée d'un fonds souverain, c'est une idée qui n'aurait de sens que si on avait de quoi faire un fonds souverain»

«Qui fait des fonds souverains en ce moment dans le monde ? Des Etats qui directement ou par des organismes financiers créent un fonds qui peut intervenir sur les marchés financiers. En gros c'est cela. Mais ce sont soit des pays qui ont une rente pétrolière, et donc d'énormes rentrées de dollars, soit des pays qui ont un excédent massif de leur balance commerciale»

«La Chine le fait, l'Allemagne pourrait le faire, la France n'est absolument pas dans cette situation. Nous nous avons une dette souveraine et je ne vois pas comment avec une dette souveraine, on ferait un fonds souverain.»

source le Parisien.fr

Chez nous la seule contrepartie au plan de sauvetage est un code de bonne conduite mis en place par le Medef, qu'aucune de ces banques n'a encore signé...

Je crois que l'on a pas fini de critiquer les mesures prises à la va-vite par nos dirigeants qui se seront empressés de signer un chèque en blanc aux plus riches, quand ils restent sourds à l'appel des plus pauvres.

Commentaires

  1. Salut Stef et mimile

    Cela faisait quelques temps que je ne m'étais penché sur la toile et c'est pas mal d'y revenir pour commenter une analyse enfin sérieuse des décisions prises par Sarko sur la crise.
    Je m'étonne que cela soit Jospin qui en fasse la critique même si le groupe parlementaire des socialistes s'est abstenu de voter le plan de sauvetage.
    Sa phrase : "Nous nous avons une dette souveraine et je ne vois pas comment avec une dette souveraine, on ferait un fonds souverain." résume bien le grotesque de la situation.

    RépondreSupprimer
  2. Oui ça résume bien...
    A+ Serge

    RépondreSupprimer
  3. La France aux "guignols de l'infos" sur l'échiquier mondial on dirait.. Et ça en agace plus d'un ..Pour cause, ailleurs on en a peut-être assez de ces tentatives de main-mise par un homme incapable de balayer chez lui..et qui se comporte en dictateur...

    RépondreSupprimer
  4. @ Christie : il (sarko) est beaucoup moins apprécié à l'étranger qu'on tente de nous le faire gober. Son attitude arrogante en agace plus d'un comme tu dis. Arrogant.. cet adjectif lui va si bien... a++

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…