Accéder au contenu principal

Jospin critique les décisions de Sarkozy face à la crise

L'ancien Premier ministre socialiste Lionel Jospin a estimé ce dimanche que le «fond public d'intervention» annoncé par Nicolas Sarkozy «n'a pas de sens», et a jugé que le gouvernement aurait du adopter la même stratégie que le Royaume uni face à la crise financière.

Lionel Jospin :

Les britanniques participent «au capital des banques. Du coup, ils ont des représentants dans le conseil d'administration des banques et sont en mesure de surveiller le bon emploi de leur argent, c'est-à-dire de l'argent des contribuables»

«En France la décision prise par Nicolas Sarkozy et le gouvernement consiste à prêter aux banques et non pas à participer au capital. Du coup (...) nous prêtons avec un moindre degré de garantie et de contrôle»

«L'idée d'un fonds souverain, c'est une idée qui n'aurait de sens que si on avait de quoi faire un fonds souverain»

«Qui fait des fonds souverains en ce moment dans le monde ? Des Etats qui directement ou par des organismes financiers créent un fonds qui peut intervenir sur les marchés financiers. En gros c'est cela. Mais ce sont soit des pays qui ont une rente pétrolière, et donc d'énormes rentrées de dollars, soit des pays qui ont un excédent massif de leur balance commerciale»

«La Chine le fait, l'Allemagne pourrait le faire, la France n'est absolument pas dans cette situation. Nous nous avons une dette souveraine et je ne vois pas comment avec une dette souveraine, on ferait un fonds souverain.»

source le Parisien.fr

Chez nous la seule contrepartie au plan de sauvetage est un code de bonne conduite mis en place par le Medef, qu'aucune de ces banques n'a encore signé...

Je crois que l'on a pas fini de critiquer les mesures prises à la va-vite par nos dirigeants qui se seront empressés de signer un chèque en blanc aux plus riches, quand ils restent sourds à l'appel des plus pauvres.

Commentaires

  1. Salut Stef et mimile

    Cela faisait quelques temps que je ne m'étais penché sur la toile et c'est pas mal d'y revenir pour commenter une analyse enfin sérieuse des décisions prises par Sarko sur la crise.
    Je m'étonne que cela soit Jospin qui en fasse la critique même si le groupe parlementaire des socialistes s'est abstenu de voter le plan de sauvetage.
    Sa phrase : "Nous nous avons une dette souveraine et je ne vois pas comment avec une dette souveraine, on ferait un fonds souverain." résume bien le grotesque de la situation.

    RépondreSupprimer
  2. Oui ça résume bien...
    A+ Serge

    RépondreSupprimer
  3. La France aux "guignols de l'infos" sur l'échiquier mondial on dirait.. Et ça en agace plus d'un ..Pour cause, ailleurs on en a peut-être assez de ces tentatives de main-mise par un homme incapable de balayer chez lui..et qui se comporte en dictateur...

    RépondreSupprimer
  4. @ Christie : il (sarko) est beaucoup moins apprécié à l'étranger qu'on tente de nous le faire gober. Son attitude arrogante en agace plus d'un comme tu dis. Arrogant.. cet adjectif lui va si bien... a++

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…