Sarkozy à Rethel : Des mesures pour l'emploi franchement décevantes


Troisième volet de son plan anticrise, Sarkozy devait annoncer aujourd'hui un plan de relance de l'emploi suite à la hausse historique du chômage en Août et deux jours avant l'annonce des chiffres du chômage de Septembre. Et en fait, pas grand chose de plus...

Après les banques et les entreprises, c'est donc sur l'emploi que le président choisit de communiquer, car il s'agit bien de communication et franchement j'en ai plus que marre de bouffer du Sarkozy matin, midi et soir, jour après jour, semaine après semaine.

Mais pour qui se prend t-il ? N'y a t-il pas un ministre de l'emploi, de l'économie ou même un premier ministre ?
Non il est trop tentant pour cet égocentrique de se pavaner annonce après annonce tel un exhibitionniste affamé.

Bref, de la communication où l'on brasse du vent juste pour rassurer... Et puis toujours cette même façon de s'exprimer, attendant les applaudissements suite à de l'ironie bien souvent mal placée.
Non Vraiment ! Rien d'extraordinaire, mais plutôt des annonces que l'on connaissait déjà et toujours le même cinéma sur l'interventionnisme de l'Etat qui maintenant, selon Sarko, devrait gérer les plans de restructuration des entreprises en difficulté, en amont...? Comme si l'on vivait sous l'aire soviétique....

Depuis début Septembre :

Nous avons d'abord eu droit à plus d'un mois de communication intensive sur la crise financière, pour finalement admettre à demi mot qu'il n'y aurait pas de plan de sauvetage européen commun mais des mesures individuelles prise d'une manière souveraine Etat par Etat.

Puis, nous avons eu droit à un matraquage médiatique autour de pseudo dispositions censées soutenir les PME, destinées surtout à satisfaire une vieille revendication de la droite, qu'est la suppression en partie de la taxe professionnelle. Pour ce qui est du médiateur qui doit faciliter les relations entre banques et PME, on peut déjà dire qu'il va avoir du boulot puisque déjà, on dénonce le fait que malgré les aides accordées aux banques, les PME se retrouvent en difficulté ne serait-ce que pour payer les salaires de leurs employés.

Et aujourd'hui, une série de mesurettes censées amortir les effets de la crise sur l’emploi, avec en toile de fond le soit disant retour des emplois aidés ???
Alors que nous avons affaire à des suppressions de postes (Adecco, La Redoute, la CAMIF), des"congés forcés" (Ford-Blanquefort, Renault, PSA-Peugeot Citroën) ou des délocalisations (Dim) Mr Sarkozy ne prend pas la mesure du retournement du marché de l'emploi.

Commentaires

  1. C'est de pire en pire ce gouvernement...

    RépondreSupprimer
  2. SArkozy s'en fiche de tout cela. Visiblement (je suis cynique)j'ai même l'impression que ça l'amuse.
    Peut-être n'est-ce qu'une impression?

    RépondreSupprimer
  3. C'est aussi mon impression et c'est pas la première fois que j'en ai le sentiment. Il ironise beaucoup et parle avec des "on m'a dit que"... Vous vous rendez compte... C'est absurde que... Comment pouvions nous faire que... et souvent il critique ses prédécesseurs (même dans son camp) comme si rien de sérieux n'avait pu se faire avant son arrivée.
    A force, c'est lui qui apparait de moins en moins crédible.

    RépondreSupprimer
  4. C'est très grave tout ça.. Et que faire.. la révolutions?

    RépondreSupprimer
  5. @ Christie
    Que faire ?
    Commencer par l'unité de la gauche et montrer notre force de mobilisation pour mieux nous opposer... comme en Italie où ils ont réussi à mobiliser 2 millions de manifestants d'un coup... on va bien finir par nous rassembler, tous ensemble pour battre Sarko en 2012... On n'a pas le choix !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !