Accéder au contenu principal

Mélenchon, Robert Hue, Cohn Bendit, Besancenot, Martine Aubry, Ségolène Royal, Dominique Voynet, Marie-George Buffet... Quelle Gauche d'ici à 2012 ?


Franchement, on assiste à un grand n'importe quoi ! Ne trouvez vous pas ?

Parti de Gauche, PCF, les verts, le NPA(LCR), PRG, PS sont autant d'organisations à Gauche de l'échiquier politique, qu'il y a d'échéances électorales d'ici à 2012.

La crise actuelle embarrasse t-elle autant la Gauche ?

Est-ce la crise du capitalisme prévisible et qui, latente, a créé des divergences de vues ? Ou est-ce la droite qui ayant réussi son ouverture à d'autres courants politiques que le sien, a su vider de sa substance le principe même de l'existence d'un seul grand parti de gauche ?

La réponse est dans la question.

Sur la crise, selon DSK : Il y a trois attitudes possibles.
Première attitude : Il y a ceux qui disent : il y a une crise, mais enfin ça fait partie du capitalisme. Il y a des hauts et des bas, ceux qui gagnent et ceux qui perdent. C’est la position très libérale au sens français du terme, ce n’est pas la mienne.
Deuxième attitude : La deuxième position est celle de ceux qui disent : il faut remplacer le capitalisme par autre chose. Moi je dis : ça m’intéresse, sauf que, généralement, ça s’arrête là. Après, qu’est-ce qui vient derrière ?
Et puis, il y a la troisième attitude, celle qui me convient le mieux. On ne sait pas faire fonctionner aujourd’hui une économie autrement que par le marché. Simplement, ce marché crée des richesses mais aussi des inégalités, des incertitudes, des dominations de certains insupportables à d’autres. Et il faut arriver à faire fonctionner l’économie de marché de façon humaine.

Définissons quelles attitudes face au capitalisme expliquées si-dessus par DSK, sont applicables à chaque organisations politiques décrites ci-après et marquons l'exigence de chacun, de se rassembler : attitude 1, 2 et 3 Exigence 0, ambigue ou forte

-Le Parti Socialiste d'abord, Attitudes 3 Exigence Forte: le congrès de Reims a débouché sur l'élection de Martine Aubry au poste de premier secrétaire. En rassemblant 50% de militants à sa cause, le parti est rassemblé autour d'une direction allant des Jospinistes au Strauss-kahnien en passant par les soutiens de Fabius ou de Hamon. Une position commune est-elle envisageable sur la crise ? Les alliances et ouverture à des contrats de gouvernement fait entre différentes organisations démocrates, sont-elles clarifiées ?

Que dit le PS ? Le Parti socialiste est-il remis sur les rails ? Ou sera t-il pris encore de schizophrénie, lorsque les questions idéologiques reprendront le pas sur la force de propositions et de travail qu'est le premier parti d'opposition, en qui les français font encore confiance ?
Ce qui est sur c'est que les socialistes sont pour une régulation par la force publique du capitalisme et il est le seul parti de gauche avec les verts, a prôner une alliance la plus large possible à toutes les forces de la gauche.

-Le parti communiste Français, Attitude 2 Exigence ambigu : Robert Hue annonce qu'il quitte le PCF alors qu'il a participé à l'élaboration de la gauche plurielle et par conséquent à l'effort d'ouverture nécessaire, pour travailler ensemble.
Est-ce le présage d'un remaniement de la tête de direction du parti communiste qui verrait lors du 34e congrès du PCF qui aura lieu du 11 au 14 décembre 2008, acter le départ de Marie-George Buffet de la tête du parti ?
La nouvelle direction sera t-elle encore d'accord pour gouverner avec le PS ? Ou allons nous voir un parti se radicaliser ?

-Le parti de Gauche, Attitude 2 et 3 Exigence 0 : L'ex-socialiste, Jean-Luc Mélenchon, lance son nouveau parti. Il veux créer une formation qui doit réunir toutes les forces de gauche qui ont voté «non» au référendum du traité constitutionnel de 2005. C'est ridicule puisque nous avons déjà les partisans du non au sein du PS en les personnes de Emmanueli, Hamon, Fabius.. Prétendre vouloir présenter un «front de gauche» pour les élections européennes, alors que l'on est partisan soi-même de la sortie du traité de Lisbonne, c'est un peu fort tout de même...

-Les verts, Attitude 3 Exigence Forte :
une question reste en suspens : les Verts arriveront-ils enfin à adopter une ligne politique claire et lisible ? Reste que cette formation prend des contacts afin de constituer pour les élections européennes de 2009 une liste la plus large.

-Daniel Cohn-Bendit, Attitude 2 et 3 Exigence ambigue : autour de lui est rassemblée la galaxie de l'écologie politique et associative, de José Bové à Antoine Waechter, en passant par Yannick Jadot, ancien directeur des campagnes de Greenpeace France, Jean-Paul Besset, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot, ou encore l'ancienne juge Eva Joly... Et quelques Verts.
L'eurodéputé veut créer un "nouvel espace politique, ouvert et indépendant".
Un seul objectif pour lui, les élections Européennes !
Ses discours décapants ne manqueront pas de faire adhérer à la cause européenne, une partie de l'électorat de Gauche.

-Besancenot et la LCR ou NPA de son nouveau nom dès Janvier 2009, Attitude 2 Exigence 0 : Il est le plus populiste des acteurs de la gauche. En adoptant un discours qui se veut très clairement anti-capitaliste, il se présente comme l'opposant numéro 1, juste parce qu'il croit être le seul à dénoncer les méfaits du capitalisme. Mais il oublie que c'est l'économie de marché qui régit notre système actuel, et il nous propose finalement rien de bien nouveau sur la redistribution des richesses.

Une fois les beaux discours passés sur ce que c'est d'être le plus à gauche aujourd'hui, reste en toile de fond la possibilité ou non, d'arriver aux responsabilités pour pouvoir changer les choses.
Il apparait très clairement qu'il n'est pas possible en l'état de battre la droite lors des prochaines élections. Alors je me demande à quoi rime tout ça ?

On voit qu'il y a deux gauches, celle qui pourrait s'unir pour battre la droite et celle qui refuse toute alliance.
Le rassemblement de la gauche est conditionné aussi par la conception de ce que doit être un parti de gauche au XXIéme siècle face à une droite décomplexée qui ne retient pas ses coups (comme dirait l'autre...)

En attendant, c'est Sarkozy qui avance ses pions...

Commentaires

  1. Et Sarkozy est très fort pour occuper les espaces vides...

    RépondreSupprimer
  2. C'est pourquoi il faut un PS fort et que les Français acceptent que l'on puisse ne pas être d'accord...
    La voie que Sarko nous a tracé avec un leader, un chef un homme à la tête d'un pays qui décide tout seul, est en opposition avec un parti qui se veut respectueux du débat démocratique en son sein.
    C'est Ségolène Royal qui en déclarant que la social-démocratie et l'état providence ne résolvent pas tout, qui croit que par exemple le traitement social du chômage ne suffit plus, mais qu'il faut changer les règles du travail et ainsi bousculer les acquis sociaux ; C'est Mme Royal entre autres qui créé le débat face à des Aubry ou autres, qui pensent encore par exemple sur le problème de l'emploi, qu'il suffit que l'État finance un programme de relance du bâtiment soit la construction de 100000 logements sociaux en trois ans en supprimant le paquet fiscal, pour créer de l'emploi. Sans proposer de réformes structurelles qui permettraient de libérer la création d'emploi.
    Il faut que ce genre de débat ait lieu pour faire avancer les idées de la gauche.
    Nous ne pouvons plus proposer de vieilles solutions à de vieux problèmes, toujours pas résolus.

    RépondreSupprimer
  3. L'attitude "on ne sait pas faire autre chose que le capitalisme, alors on fait avec un système que chacun sait mauvais en essayant d'y mettre des rustines", moi, ça ne me convient pas.

    Parceque des alternatives, il y'en a. Encore faut-il faire l'effort de les chercher.

    Le PCF a des solutions immédiates à la crise, applicable immédiatement. Le PCF n'a pas de "petit livre rouge" décrivant sa société idéale, mais des projets de réformes qui contiennent en germe une remise en cause du système capitaliste. Pour arriver où ? Réformes après réformes, on construira ce "où" et on verra bien.

    Quant aux réponses du PCF à la crise, je vous invite à lire l'article correspondant de mon blog :
    http://pensees-politiques.over-blog.net/article-25000767.html

    RépondreSupprimer
  4. Oui je suis tout à fait d'accord pour dire que le PCF n'a pas besoin de "petit livre rouge" pour proposer des solutions à la crise. Par contre il faut pour qu'il fasse progresser ses idées, se déterminer très ouvertement comme une force favorable à un contrat de gouvernement avec d'autres forces de la Gauche.
    Contester les méfaits du capitalisme est une chose, vouloir le remplacer en est une autre.
    La gauche n'a d'avenir qu'en s'unissant.

    RépondreSupprimer
  5. J'sais pas ... Une Gauche bien trop plurielle ... Ou moins-rielle ?

    Mélenchon, pffff ... Un autre Chevènement.
    C'est comme les figurines Panini de foot, on l'avait déjà en triple, lui ..

    J'ai eu, ce matin, le nouveau secrétaire du PS de Haute-Garonne, le successeur de Kader Harif. Par respect ou pudeur, je tairai son nom, tellement ce type est à l'ouest. Perdu. Incohérent.

    La vérité c'est que la Gauche a éclaté lors du référendum du 29 mai.
    Ca a été le coup fatal.

    Et donc, dans le meilleur des cas - que je souhaite - nous aurons une clarification on ne peut plus salutaire d'ici à 2012 (ou pas) :
    - Une Gauche libérale tendance sociale démocrate (PS)
    - Une vraie Gauche de combat (?)

    Sinon, Sarko, on l'a pour dix ans. Et c'est pas Bayrou qui va nous "soigner" ...

    Et pendant ce temps, Mâhâme Sarko se trompe de "maladie" ...

    RépondreSupprimer
  6. "une clarification salutaire" d'ici à 2012... C'est ce que je souhaite aussi, mais ce n'est pas en faisant des promesses de campagne, en faisant croire que l'on va résoudre tous les problèmes, comme l'a fait Sarko, que l'on va gagner face à lui et Bayrou ! La gauche n'a d'avenir qu'en s'unissant...
    Une gauche social-libérale ou une gauche de combat... ça ne suffit pas à répondre aux problèmes du capitalisme... c'est pas un choix que l'on doit faire, c'est un rassemblement !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…