Accéder au contenu principal

Quel PS pour 2012 ? La réponse en 2011, mais ne sera-t-il pas trop tard ?

Je m'exprime de moins en moins ces derniers temps sur ce blog, ce n'est pas par manque d'envie, mais je continue à rester très déçu, et m'interroge sur l'avenir du Parti socialiste dont je défends les idées.

Et pourtant ce n'est pas l'actualité brûlante qui manque, nous aurions pu aborder les grèves des lycéens, le chômage technique sur les lignes de fabrication automobile, le plan Européen de baisse des émissions de Co2, le rappel à l'ordre des patrons par le gouvernement sur le plan de bonne conduite élaborée par le MEDEF qui pourrait faire l'objet d'une loi, etc, etc... Je fais confiance à la Blogosphére pour ça.

Mais non, c'est bien encore du PS dont j'ai envie de parler. Ce n'est pas que je n'accepte pas le résultat de l'élection qui vient d'avoir lieu, mais il est bien normal de se demander si le parti politique auquel on adhère, si ce parti évolue dans le bon sens, si il est capable d'avancer des propositions fortes, si il est capable de proposer une alternative à la politique du gouvernement qui permettrait de faire adhérer les français au vote socialiste en 2012.

Parce que c'est bien là l'essentiel, non ? Sarko nous le prouve tous les jours, c'est le poste de Président de la République qui permet de changer les choses.

Le PS devrait passer le temps qui lui reste d'ici à 2012, à préparer l'élection Présidentielle. Et qu'avons-nous avec le texte d'orientation 2008-2011 ? Nous avons un texte rétrograde.

D'une part, le texte est assez vague sur d'éventuelles propositions, d'autre part, le texte d'orientation est clairement une "mouture" des motions Hamon, Aubry et Delanoë, et ne fait pas écho aux propositions de la motion E de Royal.

Pire s'agissant des alliances, le texte précise : "Notre stratégie est celle du rassemblement de la gauche" et "nous refusons toute alliance avec le MoDem qui prône aujourd'hui une politique économique et sociale qui se situe aux antipodes de nos orientations". Là c'est surréaliste, non seulement le PS se coupe de 50% de ses militants en interne, mais en plus il refuse et s'interdit de travailler à un éventuel contrat de gouvernement avec les sociaux démocrates du MODEM. Il est illusoire de croire alors qu'une myriade de nouveaux partis de Gauche voient le jour, que le seul rassemblement de la gauche puisse être suffisant pour battre la droite. Alors que 17 millions de Français ont voté pour la candidate socialiste en 2007, le PS a fait son meilleur score historiquement, l'addition de toutes les voix de la gauche ne suffit pas et le MODEM a fait 18%.

J'insiste, les militants du Modem vont tirer la campagne en 2012, prétendre qu'ils sont aux antipodes de nos orientations est tout simplement ridicule. Sur le plan social, nous participons a des débats qui nous montrent toute la conviction des militants du Modem pour pérenniser les services publics et les acquis sociaux. Sur le plan économique, franchement rien de trop libéral, pourrait nous choquer, comme la proposition de deux emplois sans charges dans les TPE et PME, ce qui pourrait créer 1.5 Millions d'emplois.
Bref, je ne vais pas défendre les idées du MODEM mais franchement s'interdire toute alliance avec eux (et le Modem n'est plus l'UDF et sont différents des libéraux du nouveau centre), alors qu'ils seront incontournables en répondant en grande partie aux attentes des Français en 2012, c'est limite suicidaire pour notre camp.

Mais comment respecter les militants du MODEM, quand on est déjà pas capable de respecter ses propres militants...

Sur le sujet sensible de la rénovation du parti, le texte d'orientation de Martine Aubry souligne que le Parti socialiste "doit accueillir plus de militants"... OK, mais lesquels ?
Parce que, quand on entend un Cambadélis nous expliquer ce que doit être un militant socialiste, franchement ça fait peur ! Selon lui, il y a des bons et des moins bons militants, ceux qui s'investissent, qui participent aux réunions de sections, qui collent des affiches et ceux qui ne font rien de tout ça mais qui s'expriment lors du vote des militants... Et ça dérange. Où est l'ouverture et comment faire pour avoir plus de militants ? Là encore c'est pas gagné...

Et puis au delà de l'organisation, du fonctionnement, de l'identité et de ce que doit-être un grand parti politique aujourd'hui, il y a le fond des propositions.
Quand Hamon suggère qu'il faut par exemple un retour du contrôle des licenciements par l'Etat, on voit bien et il le reconnait lui même qu'il a toutes les difficultés pour trouver des positions communes sur le sujet au sein même du bureau national. Là encore c'est pas gagné.

J'écrivais dernièrement que l'on pouvait se demander si le congrès de Reims avait été l'occasion enfin de faire un choix sur une ligne politique, et bien non, en fait le parti socialiste risque d'être paralysé par une équipe dirigeante qui aura toutes les peines à travailler ensemble.

C'est donc le choix du conservatisme, de la continuité et de la synthèse molle qui vont guider les positions du PS pour les trois ans à venir.

Ayant toujours voté socialiste, ce qui me dérange en ce moment, c'est la question que beaucoup se pose : Faut-il continuer à adhérer au PS ou le quitter ? Je ne me pose pas ce genre de question pour mon cas personnel, car je pense que le PS n'appartient à personne et qu'il ne fait que perdre du temps sur un devenir incontournable.

La réponse en 2011.

Commentaires

  1. Tu es bien sombre Steph mais en même temps, je partage ton avis.
    C'est très compliqué.
    Je ne sais pas. je ne milite pas au parti, je défends les idées qui me paraissent importantes. Mais c'est vrai qu'en ce moment, j'ai fort à faire dans ma propre vie et par rapport à mon fils.
    On en a vécu de belles ces derniers temps..
    ça va mieux mais je reste très motivée et hyper vigilante..
    Allez croisons les doigts pour qu'une ouverture se fasse quelque part..
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  2. Salut Christie,

    En ces temps de crise, c'est l'avenir de tous qui s'assombrit et c'est vrai que le PS à la responsabilité de porter l'espoir aux plus précaires qui croient en nous. Alors beaucoup reste à faire...

    De ton côté, j'espère que fiston et la petite famille vont bien.
    Merci de ton soutien.
    A+

    RépondreSupprimer
  3. OUi, le PS devrait être porteur d'espoir et au lieu de ça ils se font la guerre et nous font n'importe quoi...
    Et quand c'est si difficile pour tout le monde, ça fait mal.
    Cependant,il faut garder l'espoir et faire de notre mieux pour créer des solidarités, quoi qu'il arrive.

    Alors espérons que quelques chose arrive et fasse bouger nos lignes..
    Rien n'est fini, tout commence chaque jour qui revient...soyons philosophe

    RépondreSupprimer
  4. Oui, tu as raison Christie, soyons philosophe:)
    Bonne fin d'année à toi et ta petite famille.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…