Les Sarkozettes

Monsieur Nicolas Sarkozy, Président du pouvoir d'achat, Monsieur Rupture et Roi de la réforme est finalement, tels ses prédécesseurs, un président qui ne tient pas ses promesses et qui pendant 86 semaines s'est employé à appliquer idéologiquement un programme de mesures qui favorise son électorat mais qui se souci peu de l'intérêt collectif et qui manque de courage politique pour mener de vraies réformes structurelles.

Une année 2008 bien morose pour les français où après des promesses de lendemain meilleur faites par Sarkozy lors de la campagne présidentielle, c'est en fait désillusion et douche froide qui nous ont amené à la situation que nous connaissons aujourd'hui.

Alors si selon un sondage très récent, 80% des français trouvent que Sarko est un président dynamique, un autre sondage nous dit que les français ont très peu confiance dans le gouvernement sur le plan économique [75 % d'entre eux affirment ainsi ne pas avoir confiance sur l'augmentation du pouvoir d'achat, 74 % sur la baisse des impôts, 69 % sur la lutte contre la pauvreté et l'exclusion et 67 % sur la lutte contre le chômage.]

Les gesticulations de Nicolas Sarkozy suffisent-elles ? Bien sûr son programme ne pouvait pas s'appliquer en si peu de temps, mais ce soit disant dynamisme nous amène à la critique de certains points de sa politique qui sur bien des sujets nous avait promis des résultats rapides.

Premier point et pas des moindres puisque c'était le sujet central de sa campagne, le"travailler plus pour gagner plus" : une minorité de français en profitent, en terme d'heures supplémentaires, alors pour la hausse générale du pouvoir d'achat, on est loin du compte. Au contraire, de nombreuses personnes se retrouvent au chômage technique, voire au chômage tout court. Le marché de l'intérim s'est effondré, les destructions d'emploi se multiplient et finalement si on peut déjà travailler 35 heures, on est déjà bien content.

On le voit bien, presque tous les deux jours, à travers des annonces qui accompagnent le quotidien des français et qui sont censées être des réformes, un train de petites mesures sans grands résultats fait l'actualité depuis deux ans. Si bien que lorsqu'une mesure plus importante que les autres voit le jour , celle-ci est noyée par un flot d'informations destinées à brouiller les pistes.

Prenons l'exemple de la grande réforme des retraites que tout le monde attendait, il y a d'abord eu le premier acte avec la soit disante réforme des régimes spéciaux qui ne fut qu'un simple alignement sur le régime général, âprement négocié par les syndicats (et c'est bien normal) ce qui permet de dire qu'il y a encore des régimes spéciaux...Puis il y eu l'annonce six mois plus tard au moment où les négociations sur le régime général devaient reprendre, l'annonce par le gouvernement Sarkozy qu'en l'absence de nouvelle réforme en 2008 (ce qui fût le cas) c'était l'application de la loi Fillon de 2003 qui devait se poursuivre, soit l'allongement à 41 ans, puis 42 ans de la durée de cotisation.

On pourrait prendre l'exemple des franchises médicales, des dérembourssements de médicaments, qui n'empêcheront pas le doublement en 2009 du déficit de l'assurance maladie et pour lequel on attend toujours une vrai reforme qui puisse dégager de nouveaux modes de financement face au défi du vieillissement de la population.

Et puis il y a encore cette annonce aujourd'hui de Mr Woerth, qui nous explique qu'à cause de la crise, il y aura eu moins de rentrées fiscales cette année, soit 10 à 12 milliards d'euros de recettes en moins. On a envie de leur dire : vous êtes des incompétents car c'est exactement le montant des recettes fiscales en moins dû à la loi TEPA... non seulement la défiscalisation des heures supps aggrave le chômage en temps de crise mais en plus elle aggrave les déficits lorsque nous sommes en récession.

Non je ne vais pas prendre chaque point des promesses non-tenues par Monsieur Sarkozy, car cela me demanderait trop de travaux de rédaction sur ce blog, mais en ce début d'année 2009, nous faisons la promesse de dénoncer les méthodes, les insuffisances et les méfaits de la politique de Sarkozy durant toute cette année.

Commentaires

  1. Bonne année 2009 à Mimile et à toi et une bonne continuation.

    Et bien sûr, on a du travail à dénoncer encore et toujours de toutes
    mesures qui nous font la vie dure.

    RépondreSupprimer
  2. Bon billet! Merci du lien et bonne année!

    RépondreSupprimer
  3. Bonne année 2009 à tous :)

    Une nouvelle année que le zozo Sarko ...YOUPI !!

    A Bientôt

    RépondreSupprimer
  4. Merci Ash et bonne année 2009, une fois de plus à tous. Restons vigilants et que chacun lutte à sa façon.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !