Accéder au contenu principal

Liberté et verité de l'information en danger, bataille idéologique face à la crise, Sarkosy doit répondre avant le 19 mars sinon...




Je reviens aujourd'hui sur la liberté dans l'information (télévisée, parlée ou écrite). Je dénonce souvent la main mise du pouvoir politique et patronal sur l'information en général. Le danger est sérieux, et l'entreprise de désinformation systématique s'accentue tous les jours.

Nous vivons une période intense d'actions revendicatives de haut niveau. Alors que des sondages montrent que les français sont prêts à aller jusqu'au bout du mouvement revendicatif et du rapport de force (63% des français, près des deux tiers des français s'attendent à une extension du conflit Guadeloupéen à la métropole) les médias ne relayent que très modestement les revendications, préférant parler de politique internationale.

Sarkozy l'a bien compris et en joue, alors que les médias relayaient l'information selon laquelle notre Président a obtenu un contrat de vente avec l'inde sur des avions de chasse Rafale (Dassault), l'entreprise en question annonce un plan de licenciement de 2000 salariés en France.
Et bien sur comme on dit : "Qui ne dit mot, consent".

Alors que la crise économique est accentuée par une politique de casse et d'abandon du pouvoir Sarkozien, ce sont des secteurs essentiels pour le développement de notre économie et pour l'indépendance économique de notre pays qui tombent.
On ne vent plus que des Airbus et l'entreprise la plus compétitive de France, Total, fait 14 milliards de profits sur le dos des français en profitant de la spéculation boursière. Notre balance commercial est négative, nous ne sommes plus innovants, nos produits n'interessent plus nos partenaires commerciaux.

Des questions auxquelles Pouvoir et Patronat devraient répondre !!

Sur ces questions de fond, l'information est discrète pour ne pas dire inexistante.

Ils nous cachent la vérité - ils nous mentent !

Ils ont peur de nous, de nos luttes et succès, de notre puissance, de notre bulletin de vote, de notre volonté de participer à la gestion des affaires.

Tous les jours ceux qui passent à la TV déversent un tas d'idées en reconnaissant de plus en plus et même les journalistes, être plus personnellement à droite de l'échiquier politique. Ils savent qu'ils pénètrent sans difficultés dans les foyers. Ils savent que tous ceux qui les écoutent sont dans l'impossibilité de leur donner la réplique, de les interrompre. Ils savent que les téléspectateurs ne peuvent qu'écouter...... et ils écoutent.

Écouter ceux qui parlent ne veut pas dire pour autant que l'on soit d'accord avec eux. En attendant, d'accord ou pas d'accord, des idées très précises, bien amenées, sans contradiction....sont passées. Il en reste toujours quelques chose.

Censure, matraquage et même mensonge, voilà l'information officielle que nous recevons tous les jours.

Une bataille idéologique intense sur tous les fronts.

D'un côté sur le plan national, ils s'adressent à tout le monde et avancent de grandes idées générales.
.... C'est la crise..... elle est mondiale...... c'est le pétrole.....etc.... on est tous concernés....... il faut se serrer la ceinture et les coudes (le consensus)...... l'austérité et la crise sont fatales.... etc....

D'un autre coté, en particulier sur l'entreprise, ils développent les idées à partir de ce que vivent les travailleurs dans l'entreprise, en s'appuyant très fort sur les idées générales.... la marche de l'entreprise.... la concurence...... on est trop cher.... etc..... il faut sauver l'entreprise..... les restructurations........ faire des économies....... trop d'effectifs........ chasse au gaspi.......concertation.... etc...

Nous devons repousser ce lavage de cerveau !

Il nous faut conserver notre esprit critique. Discuter de nos problèmes, analyser clairement les situations.... Pourquoi la crise, pourquoi la précarité, à qui profite cette austérité, est-il possible de changer, que faut-il faire pour cela et avec qui... ?

Nous pouvons répondre à ces interrogations. Les moyens existent. Il y a la lutte, les salariés qui luttent obtiennent toujours quelque chose.
Ce n'est pas rien de le dire, nous avons les syndicats ! pour faire valoir nos droits ! pour obtenir des avancées sociales même dans ce contexte.

Mais pour cela, il faut adhérer ! adhérez aux idées qui défendent vos intérêts, adhérez aux structures syndicales et des partis politiques qui font avancer vos droits.

Mais il faut être réaliste et se rendre à l'évidence, il y a très peu de chance de voir tous les salariés dans l'action. Chacun peut se trouver des bonnes excuses pour faire supporter le poids de la lutte aux autres :
-moi je fais construire
-moi j'ai les impôts à payer
-moi j'ai la voiture à payer
-moi j'ai fait une demande de prêt 1%patronnal
-moi je vise l'augmentation
etc... autant de salariés, autant de cas.

J'aborde là un sujet important qui doit être réglé puisque cela touche directement le rapport de force essentiel pour obtenir des réponses à nos revendications.

Tout d'abord, il faut que cela soit dit : les syndiqués, les militants ne sont pas des "gréviculteurs" autrement dit nous ne faisons pas la grève pour faire la grève. Il se trouve parmi nous, des salariés syndiqués ou non, des militants ou non-militants qui connaissent comme beaucoup des difficultés financières (qui n'en connait pas actuellement ?) Pourtant nous nous retrouvons tous concernés et en attente face au même problématiques.

Les travailleurs ont toujours prouvé que s'ils arrivent à s'unir dans l'unité syndicale, le pouvoir en place lâchera. La grève peut être brève si nous savons tirer avantage de nos possibilités :
C'est nous qui produisons, nous sommes les plus nombreux, donc nous sommes les plus forts.

Nous devons montrer un degré de combativité élevé ! Tous ensemble, nous pouvons faire plus.

Commentaires

  1. Je suis d'accord sur tout, il faut que nous restions mobilisé et la date du 19 mars et une bon moyen de pression, heureusement qu'il y a internet pour essayer de véhiculer un autre son de cloche que celui de la TV au service du gouvernement

    RépondreSupprimer
  2. Comme le dit David, heureusement qu'il y a internet.
    Et le mensonge fait partie de leur politique.
    C'est pire qu'en Russie et en Chine, parce que nous, on sait, et on est censé être descendants de personnes ayant lutter pour les droits de l'homme.

    je n'écoute plus qu'en décryptant mais il y a des personnes qui ne savent pas!

    RépondreSupprimer
  3. @ David et Christie

    Effectivement, heureusement qu'il y a internet... Il va falloir que les médias Tv renouvellent leurs journalistes, intervenants (Jacques Marseille et autres) et façon d'appréhender l'information parce que justement nous faisons la part des choses grâce entre autre à internet.

    C'est aussi la bataille idéologique que la droite pense avoir gagné, qu'il faut nous accaparer. Voyez comme les mots protectionnisme, nationalisation, socialisme ne sont plus tabous. Nous sommes à un moment historique de notre modèle économique et il faut que nous, salariés, en tirons profit.

    RépondreSupprimer
  4. La bataille idéologique n'est jamais complètement gagnée. La crise recentre le débat gauche droite.
    Résultat en 2012.

    RépondreSupprimer
  5. @ Damon

    Complètement ok avec toi

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, voici la citation du lundi pour accompagner mon vote boosterblog (+5)

    Il y a trois dimensions de l'amour : la profondeur, la durée et la confiance..

    Bonne journée et @ bientôt
    Amicalement bronze51.boosterblog
    legardien51.boosterblog

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…