Jacques Marseille, votre révolution fiscale, vous pouvez vous la mettre au c.. !

J' en ai marre de le voir celui-là, avec son sourire niais, qui semble nous dire : "attendez vous allez voir ce que j'ai à dire est fort ! et si vous ne l'avez pas compris jusqu'alors, c'est qu'on vous avait mal expliqué"

Et franchement il a beau avoir été à gauche, être professeur, vraiment y a quelque chose d'écœurant à l'écouter, il est comme tous ces intervenants à la mode dans les médias, comme les Attali, Apathie, rien que ces trois là, l'air de rien ils influencent tous les jours l'opinion publique à travers la tv.

Bref, je reviens sur un article paru dans Marianne, dont le titre est : ce que cache la «révolution fiscale».
C'est drôle parce que je rappelais le terme de Révolution fiscale, étant employé par Mme Royal en 2007 , dans un de mes derniers billets, mais pour expliquer une réforme de la fiscalité du monde de l'entreprise qui aboutirait à plus de justice fiscale.

l'analyse à Gauche de ce que serait la Révolution fiscale :

Augmenter les salaires, bien sûr que c'est possible ! Revolution fiscale, + de redistribution des richesses produites !


Sauf que ici, selon Jacques Marseille la révolution fiscale qu'il prône, s'apparente plus comme le rappelle Marianne à une entreprise de démolition de la protection sociale.

l'analyse très à droite de la Révolution fiscale :

Ce que cache la «révolution fiscale»


L'approche n'est vraiment pas la même, je dirais même que ce sont deux visions qui s'opposent. Comme quoi la droite et la gauche ce n'est pas la même chose !

Commentaires

  1. tout à fait d'accord!

    RépondreSupprimer
  2. C'est histoire de causer pour causer. Pour laisser son nom dans l'histoire ?

    RépondreSupprimer
  3. Ah ben je viens juste de laisser un comm sur ton billet sur la Grève des achats le 19 mars^^

    C'est pas la première fois lol

    D'ailleurs au sujet du 19 mars, si les français restent mobilisés comme cela semble être le cas, la Grève des achats devrait sembler naturelle.
    Cela me fait penser aux gars qui font grève deux heures dans la journée mais qui font deux heures supps le soir même.

    Faut pas s'étonner que le gouvernement Sarko ne nous prenne plus au sérieux.
    Mais je reste optimiste. L'intersyndicale reste unie et fera front. C'est peut être le début de quelque chose.

    Pour ce qui est de Jacques Marseille, c'est aussi la faute des médias qui lui donnent trop d'importance.

    a+

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !