Les actionnaires du CAC 40 ne veulent pas entendre parler de la crise

Ce n'est pas la crise pour tout le monde. Du moins si les bénéfices nets de certaines entreprises du CAC 40 baissent, les dividendes distribués aux actionnaires eux, ne baissent pas.

C'est donc assez simple à appréhender, si les CA (chiffres d'affaires) et bénéfices sont en baisse et que ces entreprises arrivent malgré tout à maintenir un même niveau de rémunération des dividendes, c'est qu'il y a soit compression des charges salariales avec licenciement à la clef, ou restructuration de l'entreprise avec délocalisation et externalisation de la production, de l'activité de l'entreprise. Dans les deux cas, ce sont les salariés qui payent le maintien à un même niveau des rémunérations de quelques hommes. (si on peut encore les appeler ainsi...).

35 Milliards d'euros versés aux actionnaires de quelques 40 entreprises, quand des millions de Français perdent leurs emplois, subissent le chômage partiel avec baisse de salaire. Il y a là une injustice sociale où ce sont les salariés qui sont la variable d'ajustement face à la crise.

Prenons l'exemple d'EADS qui met en application le plan Power 8, plan de restructuration avec licenciement chez Airbus, alors que le groupe industriel augmente de 67% les dividendes de ses actionnaires ???

Et la société générale ? Comment accepter qu'une entreprise qui bénéficie d'emprunts d'état pour sauvegarder son activité, puisse augmenter de 66% les dividendes de ses actionnaires ?

Et je crois que ce qui est le plus important et c'est ce qui montre l'indécence de la situation, c'est le taux de distribution de ces dividendes.
Celui-ci passe de 44% à environ 60% sur le CAC, donc même avec des dividendes parfois moins importants d'une année sur l'autre, les patrons de ces entreprises s'arrangent pour que le taux de distribution de ces dividendes augmente, afin de maintenir un niveau élevé des rémunérations.

Et c'est ce qui montre que ces entreprises ne souhaitent faire aucun effort durant la crise, aucun sacrifice. Pire cela montre que ceux qui font le système, le système de revenus boursiers, avec spéculation et rémunération variable, ne veulent pas que les règles changent.

Refonder le Capitalisme qu'il disait...

source : www.lesechos.fr

Commentaires

  1. Oui après les beaux discours, on voit bien que rien ne va changer... malheureusement.

    RépondreSupprimer
  2. eh oui, de la poudre de perlimpinpin..pour endormir le peuple pour changer...

    RépondreSupprimer
  3. En gros, on prend les mêmes et on recommence...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !